A lire aussi

21-09-2017 10:13

Contrôle fiscal : La vérification à l’amiable enfin formalisée

La Direction générale des impôts (DGI) vient d’émettre une note dans laquelle elle fixe les détails…
Rejoignez nous sur :
Sport

«À 19 ans, il a tenu son couloir avec autorité, en démontrant des qualités de haut niveau. Puissant, endurant, Mendyl a pris des initiatives dans un schéma plutôt défensif chez les Lions de l'Atlas». C’est avec cette formule que Nabil Djellit, le chnoniqueur maison de France Football présente la latéral marocain Hamza Mendyl.

Inconnu du grand public, pur produit de l’Académie Mohammed VI de football, Mendyl fait sa première apparition contre Sao Tomé et Principe (2-0, le 4 septembre) en éliminatoires de la CAN. Depuis, Hervé Renard ne peut plus se passer de lui. Bagareur, porteur d’eau et provocateur, Mendyl est la générosité incarnée dans le jeu malgré quelques erreurs de jeunesse.

France Football rappelle comment Mendyl, dont le papa ivorien, a vécu de façon particulière le match contre la Côte d’Ivoire, lors de la derniere CAN :  «Mon papa aurait souhaité que je joue pour la Côte d'Ivoire, il respecte mon choix. Je suis né et j'ai grandi au Maroc. Pour moi, ça a toujours été clair dans ma tête, je voulais mouiller ce maillot rouge». Un match qui a créé un shisme familial que le joeur prend avec beaucoup de philosophie malgré son jeune âge : «Ma mère est pour le Maroc et mon père pour la Côte d'Ivoire... Il va un peu s'énerver, mais c'est pas grave».

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages