A lire aussi

14-11-2017 11:43

Fès-Meknès : Les fabricants de sacs en papier tirent la sonnette d’alarme

Après la mise en place de la loi 77-15 interdisant les sacs en plastique, la région Fès-Meknès a vu…
Rejoignez nous sur :

Malgré les investissements énormes réalisés dans la station de Saïdia, celle-ci continue de souffrir du manque de promotion et des loisirs. Le ministère veut mettre en place de nouvelles liaisons aériennes et mieux marketer la destination.

Le ministre du Tourisme, Mohamed Sajid, a pris son bâton de pèlerin pour aller au chevet du secteur dans l'Oriental. Mercredi à Saïdia, il a tenu une réunion avec des opérateurs touristiques, des élus et des responsables locaux portant sur l'état d'avancement des travaux à la station balnéaire de la ville. Historiquement, la station Saïdia a souffert de plusieurs maux et d'atermoiements qui ont fini par compromettre son développement et de la cantonner à un lieu d'estivage saisonnier. Absence de lieux de loisirs dans la ville et surcharge de la station durant l'été, ont fait que les estivants trouvent peu ou prou leur compte. Aujourd'hui, le contexte social jouant son rôle de catalyseur des volontés, les choses prennent un nouveau rythme. Sajid en convient comme ses prédécesseurs l'ont fait : Saïdia est une destination touristique «intégrée», mais qui a besoin de davantage d'efforts en matière d'animation, de divertissement et de marketing. Le ministère prend désormais le taureau par les cornes en agissant sur l'aérien sans lequel nul destination ne peut émerger. Il planche sur le lancement de lignes aériennes nationales et internationales pour desservir la région. «Nous allons nous pencher sur la liaison aérienne entre Casablanca - Oujda et Nador et œuvrer, de concert avec l’Office national marocain du tourisme, afin d’attirer plus de vols internationaux aux deux aéroports», a-t-il expliqué.

Durant la même journée, cette fois-ci à Oujda, le ministre a réitéré la volonté de son département de parachever le parcours touristique régional en respectant les deadlines et engagements pris. Dans une approche transversale, l'idée de s'appuyer sur le tourisme pour permettre l'essor de l'économie régionale dans son ensemble. Sajid est allé dans ce sens relevant la nécessité d’investir dans les potentialités touristiques de la région pour promouvoir l’économie locale et découvrir les moyens de faire contribuer les secteurs du tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire à la dynamique économique de la région. Justement, la Région de l’Oriental se distingue par un tissu important de coopératives dont le maillage offre des opportunités d’emploi inespérées. Le ministère nourrit ainsi l'ambition d’accompagner ce secteur et de soutenir les initiatives dans ce domaine, selon une approche participative incluant tous les intervenants. Pour le wali de la Région de l’Oriental, gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad, Mouad El Jamai, il est regrettable que l'énorme potentiel et les mutations profondes que la région a connus ne soient pas exploités d’une façon optimale. En effet, les chiffres touristiques restent moyens pour ne pas dire faibles par rapport à d’autres régions du pays.

Ce qui a limité, selon le wali, l’impact positif des plans lancés et des efforts déployés pour drainer les investissements touristiques. Attirant l'attention sur la problématique de saisonnalité du tourisme dans la région, le président du Conseil de la Région de l'Oriental, Abdenbi Biioui, a exprimé son espoir de voir se multiplier les visites des responsables du secteur à la région, en particulier lors des périodes marquées par une chute de l'activité touristique. C'est seulement de cette manière qu'un examen complet peut être fait de la situation touristique afin de trouver les solutions en mesure de promouvoir ce secteur.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages