A lire aussi

12-12-2019 15:14

Un adolescent lynché et pendu par la foule à Bagdad

Un adolescent accusé d'avoir attaqué des manifestants a été lynché puis pendu jeudi à Bagdad, ont…
Rejoignez nous sur :
Monde

Pas un drame, mais deux sont venus s'abattre sur l'Europe hier vendredi. Un point en commun: la portée terroriste des deux actes a été confirmée par les officiels.

D'abord, à Londres, un homme porteur d'un engin explosif factice abat deux personnes au couteau à London Bridge, site où un attentat s'était déjà déroulé en 2017, à moins de deux semaines d'élections législatives anticipées au Royaume-Uni, et a ôté la vie à un homme et une femme. 

Vendredi, l'auteur de l'acte sera identifié comme Usman Khan (28ans), un individu connu des autorités en raison de ses antécédents. En effet, Khan est un ex-prisonnier qui a purgé une première peine pour terrorisme, selon les éléments d'information fournis ce samedi par le chef de l'antiterrorisme britannique, Neil Basu.

"Cet individu était connu des autorités, ayant été condamné en 2012 pour des infractions terroristes. Il a été remis en liberté conditionnelle en décembre 2018", a indiqué le responsable policier dans un communiqué, précisant qu'une perquisition était en cours dans un lieu du comté de Staffordshire, dans le centre de l'Angleterre.

D'après l'agence de presse PA, il avait été condamné à 16 ans de prison pour son appartenance à un groupe qui avait voulu commettre un attentat à la bombe à la Bourse de Londres, le London Stock Exchange, et établir un camp d'entraînement terroriste au Pakistan.

Avant le début d'une réunion du comité de crise du gouvernement ("Cobra") dans la soirée, le Premier ministre Boris Johnson a dit avoir souligné "depuis longtemps" que "c'est une erreur de permettre aux criminels violents de sortir de prison de manière anticipée".

Aujourd'hui, trois personnes, un homme et deux femmes, ont été blessées. L'une se trouvait vendredi soir dans un état "critique mais stable", une autre dans "un état stable" et une troisième a subi des "blessures moins graves", a précisé le patron du service public de santé britannique (NHS), Simon Steven.

Non loin, aux Pays-Bas, la police s'affairait encore ce matin à rechercher un homme soupçonné d'avoir blessé trois jeunes mineurs lors d'une attaque au couteau la veille dans une rue très commerçante de La Haye.

Au milieu des foules réunies pour la journée du "Black Friday", le suspect a pris la fuite après l'agression, qui s'est déroulée dans un grand magasin du centre-ville, provoquant des scènes de panique parmi la foule de clients.

"Nous envisageons actuellement tous les scénarios", a indiqué une porte-parole de la police, citée par l'agence de presse néerlandaise ANP, qui recherche toujours l'auteur de l'attaque. La police avait dit initialement rechercher "un homme au teint légèrement basané", âgé de 40 à 50 ans et vêtu d'un manteau noir, d'un pantalon de jogging gris et d'une écharpe, avant de se raviser, affirmant que des "investigations approfondies" étaient toujours en cours.

Les trois personnes blessées sont mineures,et ont toutes pu sortir de l'hôpital pour regagner leur domicile, a déclaré la police, sans préciser leur âge.

L'attaque s'est produite dans un grand magasin de la "Grote Marktstraat", une artère très fréquentée du plus grand quartier commerçant de la ville.

Deux adolescentes se sont précipitées en courant dans le bâtiment après avoir été poignardées, a déclaré la télévision NOS, citant des témoins.



Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages