A lire aussi

07-12-2019 16:07

MAPA : Conférence internationale sur les addictions

La société de médecine addictive et de pathologies associées, regroupant une large communauté…
Rejoignez nous sur :
Monde
 
 
La journée d'action du 5 décembre 2019, qui a été déclenchée par une intersyndicale de salariés de la RATP, touche plusieurs secteurs et génère plusieurs commentaires et des craintes.
 
La grève interprofessionnelle du jeudi 5 décembre 2019 touchera plusieurs secteurs, dont le transport, l'éducation et la justice. En effet, cette journée génère des commentaires avant même d’avoir eu lieu. Elle est corporatiste aux yeux du gouvernement, et solidaire pour l’opposition de gauche.
 
Le journal français «Le Monde», annonce que le front syndical s'est étoffé contre la réforme des retraites, jeudi 21 novembre, avec la décision de la branche cheminots de la Confédération française démocratique du travail, de plusieurs syndicats d’Électricité de France, et de la Confédération française de l’encadrement -Confédération générale des cadres, d’appeler à la grève le 5 décembre 2019.
 
Il ajoute que la réforme des retraites, les conditions de travail, la précarité, les raisons de cette journée d’action reconductible se multiplient. Le journal «Libération», quant à lui, explique qu'après une mobilisation réussie le 13 septembre contre la réforme des retraites, cinq syndicats de la régie (Unsa, FO, CGC, Solidaires et SUD) décident d’une nouvelle date avec trois critères en tête : laisser au gouvernement le temps de réagir à la mobilisation du 13 septembre, laisser aux autres organisations le temps de se joindre au mouvement, attendre que les salariés aient touché leur 13e mois pour pouvoir tenir financièrement.
 
La date du 5 décembre est ainsi retenue. Transports, hôpitaux, éducation nationale, police, gilets jaunes, et étudiants. Tous les citoyens français se sentent concernés.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages