A lire aussi

05-12-2019 10:08

L’OCDE, nihiliste ?

Image par défaut
On sait que notre système éducatif est défaillant et que les milliards de dirhams qui y ont été…
Rejoignez nous sur :
Monde

 

Le procès d'un ancien infirmier soupçonné d'avoir tué au moins six patients par surdose d'insuline s'est ouvert mardi 26 novembre à Munich, une affaire rappelant celle du tueur en série allemand Niels Högel.

Grzegorz Stanislaw W., un Polonais de 38 ans qui avait officié en libéral dans toute l'Allemagne jusqu'à son arrestation l'an dernier, est aussi poursuivi pour tentative de meurtre sur trois autres personnes, vol, fraude et blessures corporelles. Le parquet l'accuse d'avoir injecté à ses patients de l'insuline, qui peut être mortelle en cas de surdose, pour ensuite pouvoir les voler et repartir de chez eux tranquillement.

Il aurait notamment volé à ses victimes du vin, des détergents, du papier hygiénique et des brosses de toilette. Souffrant lui-même de diabète, il pouvait se procurer de l'insuline sur ordonnance. Ses victimes auraient été tuées dans toute l'Allemagne, selon l'accusation: dans des villes bavaroises, à Hanovre, dans le Schleswig-Holstein ou encore dans le Baden-Württemberg. Son procès doit durer au moins jusqu'en mai 2020.

Cette affaire rappelle celle de Niels Högel, un ex-infirmier souffrant «d'un trouble narcissique sévère» selon les psychiatres, condamné en juin à la perpétuité pour le meurtre d'au moins 85 patients au total dans deux hôpitaux en Basse-Saxe, région du nord-ouest de l'Allemagne. Entre 2000 et 2005, il avait provoqué des arrêts cardiaques chez des patients choisis arbitrairement pour essayer ensuite de les réanimer, espérant ainsi passer pour un héros auprès des ses collègues. Les enquêteurs estiment toutefois que son bilan pourrait dépasser les 200 victimes, de nombreux patients ayant été incinérés.

 

 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages