A lire aussi

24-06-2019 15:56

Inégalités et reddition des comptes en question au Sénat français

Le Réseau parlementaire sur la Banque mondiale & le FMI a tenu une réunion parlementaire d'une…
Rejoignez nous sur :
Monde

L'Egypte va assurer à partir de dimanche la présidence tournante de l'Union africaine pour 2019. Addis Abeba, la capitale éthiopienne siège de l'UA, accueille les 10 et 11 février la 32e session ordinaire de l'assemblée des chefs d'Etat et de gouvernement des 55 pays membres.

Au-delà des zones de tension sur le continent, les questions institutionnelles, dont le Rwanda de Paul Kagame - prédécesseur de l'Egypte - avait fait une priorité, devraient être au menu des discussions.

Parmi elles, l'instauration d'une taxe sur les importations permettant d'assurer l'indépendance financière de l'UA - dont plus de 54% du budget 2019 proviendra de donateurs étrangers - pourrait ne pas passer les réticences des Etats, dont l'Egypte.

La réforme de la Commission est encore plus sensible. En novembre 2018, la majorité des Etats a rejeté le projet de donner au chef de l'organe exécutif de l'UA le pouvoir de nommer ses propres adjoints et commissaires.

Pour le reste, les Egyptiens "sont pleinement engagés dans les réformes", assure un responsable de l'UA. "C'est devenu un agenda pour les Etats membres. Ce n'est pas un agenda de  Kagame", estime-t-il, bien que le président rwandais reste le référent en termes de réformes indépendamment de la présidence.

En mars 2018, 44 pays ont notamment signé un accord pour la création d'une Zone de libre-échange continentale (Zlec), censé développer le commerce intra-africain. Ce marché unique est l'un des projets phares du vaste programme "Agenda 2063", conçu comme un cadre stratégique pour la transformation socio-économique du continent.

A l'inverse de l'Afrique du Sud notamment, l'Egypte a encouragé la Zlec. Le régime du président Abdel Fattah al-Sissi, au pouvoir depuis 2014, a multiplié les appels du pied en direction des voisins africains. Sissi devra pousser à la ratification de cet accord pour permettre son entrée en vigueur.

"Les pays d'Afrique du Nord ont la réputation de regarder dans une direction différente de celle de l'Afrique et l'Egypte devra surmonter ce stéréotype", observe Liesl Louw-Vaudran, de l'Institut pour les études sur la sécurité.

 

"Sissi souhaite que l'Egypte soit considérée comme faisant partie de l'Afrique et pas seulement du monde arabe", explique Elissa Jobson, cheffe du plaidoyer pour l'Afrique à l'ONG Crisis Group.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages