A lire aussi

19-08-2019 17:45

Lybie: 3500 migrants en danger dont des dizaines marocains

Les Nations Unies ont exprimé leur préoccupation par rapport au sort de quelques 3 500 migrants et…
Rejoignez nous sur :
Monde

La chaine américaine CBS News a diffusé une interview du président égyptien Abdel Fattah al-Sisi dans le programme intitulé "60 minutes", dans lequelle il était confronté à un certain nombre de questions difficiles, notamment: pourquoi certains Égyptiens le décrivent-il comme un "dictateur militaire"?

 Lors de l'entretien, diffusé dimanche soir, l'interlocuteur de Sissi a posé des questions sur son renversement du président Mohamed Morsi, le démantèlement du sit-in de Rabaa al-Adawia, les prisonniers politiques en Égypte et la coopération israélo-égyptienne à son époque.

 Il y a quelques jours, CBS a révélé que l'ambassadeur d'Égypte à Washington avait demandé le non diffusion de l’interview, mais que la chaine avait refusé de répondre à la demande.

 "Avez-vous une bonne idée du nombre de détenus politiques que vous détenez?", A-t-il déclaré. "Nous n'avons ni prisonniers politiques ni prisonniers d'opinion", a-t-il déclaré, ajoutant que les éléments extrémistes faisaient l'objet de procès équitables.

 L’interlocuteur lui a dit que selon Human Rights Watch, il y aurait environ 60 000 détenus politiques en Égypte et que Sisi avait répondu qu'il ne savait pas d'où venait l'organisation avec ces chiffres.

A la question du coup d’état contre Morsi lorsqu'il était ministre de la Défense, Sissi a répondu que "Toute l’affaire est que le peuple égyptien a rejeté cette forme de pouvoir religieux strict, et le peuple égyptien a le droit de refuser de changer son identité de cette manière."

Quand l’interlocuteur a parlé de la responsabilité des autorités pour le meurtre d'environ 800 personnes - "dans le sit-in Rabaa al-Adawia, qui a été établi par les opposants du putsch, Sisi a déclaré:" Nous ne traitons que contre la tendance de l'Islam politique radical et armé. "

 Quand l’interlocuteur lui a dit avoir parlé à des égyptiens qui le considèrent comme un dictateur militaire, Sissi a répondu "Je ne sais pas à qui vous avez spécifiquement parlé, mais 30 millions d'Égyptiens se sont prononcés contre le pouvoir  qui était en place", ajoutant que "le maintien de la sécurité et de la stabilité exigeait des mesures de sécurité. "

A propos des relations israélo-égyptiennes, la question a été posée à Al-Sisi si la coopération entre les deux parties était aujourd'hui plus forte que jamais. "C'est vrai", a-t-il déclaré. "Les forces aériennes égyptiennes doivent parfois passer du côté israélien, ce qui implique une coordination à grande échelle avec les Israéliens", a-t-il déclaré.

 L'épisode, qui comprenait la rencontre avec Sissi, comprenait d'autres rencontres avec un certain nombre de personnalités, dont l'ancien détenu égyptien, Mohammed Sultan, citoyen américain, et l'un des dirigeants des Frères musulmans.

 Le journaliste Scott Bailey, qui s'est entretenu avec Sissi, a déclaré que l'argent des contribuables américains allait à un régime accusé des pires exactions de l'histoire égyptienne moderne. Il a ajouté que les opposants à Sisi avaient été emprisonnés par milliers, que Sisi avait étranglé la liberté d'expression et que ses forces avaient tué les manifestants.

 "Sisi ne fait pas beaucoup d'interviews, a-t-il déclaré. Nous avons été surpris de lui parler." Il a ajouté que Sissi était apparemment surpris par les questions, ce qui explique pourquoi son gouvernement a demandé à CBS de ne pas diffuser l'interview, selon Bailey.

 L'interview a eu lieu dans un hôtel de New York il y a quelques mois.

 Avant la diffusion de l'interview, CBS a diffusé partie des scènes, dans laquelle Scott Bailey et le producteur de l'interview ont parlé des interventions de responsables égyptiens - y compris du chef du renseignement - pour empêcher la diffusion.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages