A lire aussi

18-06-2018 08:20

Le candidat kurde à la présidentielle attaque Erdogan à la TV d'Etat

Candidat à l'élection présidentielle turque dans une semaine, le leader du parti prokurde…
Rejoignez nous sur :
GCAM Engagés pour des financements responsables
Monde

Une plainte émise par une troisième accusatrice aurait pu aggraver davantage la situation pour Tariq Ramadan. Les magistrats ont décidé autrement…malgré l’aveu de l’accusé.

Ecroué depuis le 2 février et actuellement détenu à l'hôpital pénitentiaire de Fresnes en raison de sa sclérose en plaques, Tariq Ramadan a été accusé, hier mardi, de viol par une troisième personne nommée Mounia Rabbouj.

En effet, les juges ont rejeté la plainte de cette nouvelle accusatrice qui, pour prouver la relation sexuelle avec Tariq Ramadan, a versé au dossier une robe noire tachée de sperme. En attendant les résultats ADN qui apparaitront prochainement.

A l'inverse, la défense affirme avoir déposé lundi «plus de 300 vidéos et plus de 1.000 photos» témoignant d'une relation consentie entre Ramadan et Rabbouj. Tariq Ramadan a d’ailleurs pour la première fois reconnu des relations sexuelles «consenties» avec sa troisième accusatrice. Un consentement qui a permis au tribunal de faire le choix en question.

«Les magistrats ont considéré, à la suite des explications de M. Ramadan et des documents qui ont pu être fournis, qu'il n'y avait pas lieu de mettre en examen M. Ramadan concernant Mounia», a déclaré son avocat, Me Emmanuel Marsigny, devant la presse à l'issue de l'audition, qui a durée de la matinée au soir. Pour l’avocat de T.R, cette décision des magistrats constitue «un tournant dans cette affaire».

Sur le plan judiciaire, Ramadan a obtenu un répit, dont Me Marsigny entend profiter pour déposer une nouvelle demande de remise en liberté de son client, qui avait été refusée une première fois en mai.

Il y a lieu de noter que Mounia Rabbouj est une ancienne escort-girl, protagoniste du procès pour proxénétisme de l'hôtel Carlton aux côtés de l'ancien directeur du FMI, le Français Dominique Strauss-Kahn. Elle affirme avoir été violée à neuf reprises en France, à Londres et à Bruxelles, de 2013 à 2014 !

En Suisse, une quatrième femme a porté plainte et son témoignage doit encore être versé au dossier français…

GCAM Engagés pour une citoyenneté accomplie

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages