A lire aussi

15-11-2018 10:26

1er Forum africain de la sécurité routière. Vivo Energy partenaire

Vivo Energy Maroc, entreprise en charge de la commercialisation et de la distribution de carburants…
Rejoignez nous sur :
Monde
Richard Yu, Directeur général de Huawei Consumer Business Group, présentant le Huawei Mate 10 smartphone à Munich en Octobre. PHOTO : CHRISTOF STACHE/AFP

Un partenariat entre le fabricant chinois de smartphones Huawei et l'opérateur américain ATT semble être tombé à l'eau, des élus américains ayant notamment dénoncé des risques «d'espionnage», ce qui a conduit Pékin à protester jeudi contre une «montée du protectionnisme» aux Etats-Unis.

L'échec apparent du partenariat entre ATT et Huawei intervient peu après le blocage par Washington, début janvier, du rachat du spécialiste américain des transferts d'argent MoneyGram par une firme financière chinoise affilié au géant de l'e-commerce Alibaba.

Huawei, 3e fabricant mondial de smartphones, était en pourparlers avec le géant américain des télécoms ATT pour distribuer la nouvelle version de son Mate 10 Pro, l'occasion pour lui de pénétrer en masse le marché américain. Mais ATT s'est retiré des discussions, a affirmé mardi le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.

Or, ce projet avait déjà suscité l'opposition de plusieurs élus du Congrès, qui avaient estimé que Huawei «posait une menace pour la sécurité des Etats-Unis», selon une lettre du 20 décembre au président de la Commission fédérale des communications américaines (FCC), Ajit Pai.

Les élus y soulignaient que les commissions du renseignement du Congrès «sont depuis longtemps préoccupées par l'espionnage venant de Chine, et particulièrement par le rôle de Huawei», en raison des rapports mis en lumière du fabricant de smartphones «avec le Parti communiste chinois, ainsi qu'avec les services de sécurité et de renseignement chinois».

Le groupe chinois a certes annoncé mardi le lancement commercial de son smartphone dernier-né aux Etats-Unis en le distribuant, déverrouillé, via Amazon ou à travers la chaîne de magasins d'électronique Best Buy. Mais il lui sera plus difficile de toucher le marché faute d'accord avec un opérateur téléphonique.

Le partenariat entre Huawei et ATT «est une pure coopération commerciale», a fait valoir jeudi le porte-parole du ministère chinois du Commerce Gao Feng, lors d'une conférence de presse.

«Nous avons remarqué que le protectionnisme commercial s'accroît aux Etats-Unis, et peut parfois dominer. (...) La Chine s'oppose à toute forme de protectionnisme dans les échanges et investissements», a-t-il poursuivi.

Géant des équipements télécoms fondé par un ex-ingénieur de l'armée chinoise, Huawei s'était déjà vu interdire l'accès à de vastes projets d'infrastructures aux Etats-Unis et en Australie pour des raisons invoquées de sécurité et des craintes d'espionnage.

Le ministère chinois du Commerce a également "déploré" jeudi le blocage de l'acquisition de MoneyGram par le chinois Ant Financial. «Nous nous alarmons de la tendance à édifier des «barrières invisibles» sous le prétexte de (préserver la) «sécurité nationale»», s'est énervé Gao.

Selon la presse, le rachat de MoneyGram avait été bloqué par le gouvernement américain en raison d'inquiétudes sur la sécurité des données personnelles et sur le contrôle des transactions.

Les tensions s'intensifient entre les deux premières puissances économiques depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche.

Le président milliardaire dénonce volontiers le déséquilibre des échanges sino-américains et Washington multiplie les enquêtes sur les pratiques commerciales du régime communiste.

 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages