A lire aussi

19-02-2018 09:32

Marchés suspicieux

Image par défaut
L’inspection générale du ministère de l'Intérieur est en train de mener un travail de fourmi ô…
Rejoignez nous sur :
Monde

Un juge américain a provisoirement bloqué mardi, en pleines négociations entre le président et le Congrès pour réformer l'immigration, l'abrogation par Donald Trump d'un programme de l'ère Obama permettant à des jeunes sans-papiers de travailler et d'étudier légalement.

Quelques heures avant la décision du juge, le sort des jeunes bénéficiaires de ce programme, connus sous le nom de «Dreamers» (Rêveurs), était abordé lors d'une réunion à la Maison Blanche avec des élus des chambres et des deux partis.

Le juge William Alsup de San Francisco (Californie) a ordonné au gouvernement de remettre en application intégralement ce programme appelé Daca (Deferred Action for Childhood Arrival), sur l'ensemble du territoire américain en attendant un jugement final ou une nouvelle décision.

Dans sa décision de 49 pages, le juge estime fondée sur «une base juridique défectueuse»  l'opinion du ministère de la Justice selon laquelle le programme était illégal.

Sauf si sa décision était cassée par un tribunal supérieur, le juge estime que le programme doit être remis en œuvre en attendant un jugement final. Les bénéficiaires du Daca peuvent donc à nouveau déposer leurs demandes et le gouvernement devra faire savoir avec «des avis publics acceptables» que le programme revient en application.

Le juge était saisi notamment par la présidente de l'Université de Californie Janet Napolitano, ex-secrétaire à la Sécurité intérieure à l'époque de l'adoption du programme, sous la présidence du prédécesseur de Trump, le démocrate Barack Obama.

En septembre, le président américain avait abrogé ce programme, créé en 2012 et qui a permis à 690.000 jeunes entrés illégalement aux Etats-Unis alors qu'ils étaient enfants de travailler et d'étudier en toute légalité en les protégeant de l'expulsion.

Mais il avait retardé l'application de sa décision jusqu'en mars pour donner au Congrès le temps de trouver une «solution permanente» pour cette population.

 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages