A lire aussi

20-06-2018 11:41

Volkswagen Arteon : Ode au confort, au style et à la technologie

Pour les jeunes cad’sup et autres quadras en quête de berline statutaire, ayant à la fois la fibre…
Rejoignez nous sur :
GCAM Engagés pour des financements responsables
Monde

Les États-Unis ont annoncé leur retrait de l’UNESCO, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, accusant l’organisme d’être «anti-israélien». Cependant, les États-Unis conserveront un statut d’observateur, a précisé le département d’État, en lieu et place de leur représentation à l’agence onusienne basée à Paris. C’est ce qu’a affirmé Irina Bokova, la directrice générale de l'institution, qui regrette profondément cette décision toute en soulignant que l'universalité est essentielle à la mission de l'UNESCO pour construire la paix et la sécurité internationales face à la haine et à la violence, par la défense des droits de l'Homme et de la dignité humaine.

Ce retrait des États-Unis a été saluée dans la foulée par Israël, qui a fait savoir qu'il se retire aussi de l'organisation. Selon l’état hébreu, il s’agit du début d'une «nouvelle ère» aux Nations unies, celle où, «quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix.», selon les termes de Danny Danon, ambassadeur d'Israël auprès des Nations unies. Israël avait affirmé que l’élection de Hamad ben Abdulaziz Al-Kawari serait une «mauvaise nouvelle pour l’organisation et pour Israël». Rappelons que l’UNESCO a vivement irrité Israël et les États-Unis en accordant une adhésion pleine et entière à la «Palestine» en 2011.

 

GCAM Monde rural

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages