A lire aussi

22-06-2017 09:26

Microsoft philanthropies : Des actions pour assurer l’inclusion économique des jeunes

Plateforme de recrutement et de formation high tech, des hackatons pour jeunes filles et des…
Rejoignez nous sur :
Médias

La chaîne basée à Manama n'a émis que quelques heures lors de son lancement en février 2015. Une source proche de la direction a précisé que plus de 100 personnes étaient payées par la chaîne depuis celui-ci.

 

Alarab, projet de chaîne panarabe d'information en continu du richissime prince saoudien Al-Walid ben Talal, a finalement été enterré, ont indiqué ce mardi des employés et une source proche de la direction. «Nous avons reçu une notification concernant l'arrêt définitif de la chaîne de télévision», a indiqué un employé qui avait été recruté au poste de correspondant d'Alarab à Ryad.

Selon lui, les responsables de la chaîne ont indiqué, dans cette note interne, avoir tenté durant deux ans -en vain- de relancer la chaîne, et ont estimé qu'il était temps d'annoncer l'arrêt du projet. «C'est mort», a confirmé une source proche de la direction.

«Durant les prochains jours, vous serez contactés par notre département des ressources humaines pour finaliser le statut de votre emploi», indique la note interne, sans autre explication.

Censée concurrencer les chaînes régionales comme Al-Jazeera du Qatar ou Al-Arabiya, chaîne à capitaux saoudiens basée à Dubaï, Alarab a d'emblée connu des débuts difficiles.

Elle avait donné la parole, durant son premier journal, à un dirigeant du principal groupe de l'opposition chiite bahreïnie, Khalil al-Marzouq, qui avait critiqué la décision de Manama de déchoir de leur nationalité 72 personnes, ce qui avait provoqué la suspension des émissions.

La présence symbolique à l'antenne de cet opposant témoignait de la volonté affichée par Alarab d'assurer une couverture équilibrée de l'actualité.

Alarab, dirigée par le célèbre journaliste saoudien Jamal Kashoggi, représentait un lourd investissement pour le prince Al-Walid. Elle avait été lancée avec un effectif de 280 personnes dans 30 pays.

Après sa suspension, Alarab avait tenté, sans succès, de reprendre ses émissions à partir de la Turquie, de Dubaï et du Qatar.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages