A lire aussi

14-10-2019 20:00

Ministère de communication : les fonctionnaires s’interrogent sur leur avenir

Moins d’une semaine après la suppression du ministère de la Communication dans le cadre du…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Une décision conjointe des ministères de l’Emploi et des Finances suspend l’actuel conseil d’administration. Motif : de graves irrégularités constatées dans le fonctionnement de cet organisme ayant causé des dommages aux adhérents.

Tombée de rideau tonitruant sur le dernier acte des scandales qui entachent la Mutuelle générale du personnel des administrations publiques (MGPAP). Un communiqué du ministère de l’Emploi adressé à l’ensemble des adhérents, des membres du conseil d’administration, des délégués des employés et l’ensemble des prestataires de la MGPAP au Maroc affirme la dissolution du Conseil d’administration de la mutuelle.

Pour cause, des irrégularités qualifiées de graves constatées dans le fonctionnement de cet organisme ainsi que les dommages que ces infractions ont causé aux adhérents, comme indiqué par le ministère. Désormais, les prérogatives du conseil ont été dévolues à quatre administrateurs provisoires. Il leur incombe également d’œuvrer à la préparation de nouvelles élections dans un délai de trois mois. Ces administrateurs se chargeront d’ici-là d’assurer une gestion provisoire de la mutuelle garantissant ainsi la continuité des services rendus aux adhérents et leurs ayants-droit.

La même source insiste sur le fait que les membres du conseil d’administration n’ont pas le droit d’exercer au nom de la mutuelle précitée à partir du lundi 7 octobre. Et d’ajouter que la MGPAP «n’assume aucune responsabilité en cas de collaboration directe ou indirecte avec ces derniers». D’un point de vue procédural, cette décision a été prise en vertu d’un arrêté conjoint du ministre de l’Emploi et du ministre des Finances publié le 4 octobre ainsi que d’un Dahir de novembre 1963 portant statut de la mutualité. Il est à souligner que la MGPAP est une organisation à but non lucratif gérée par un Conseil d’administration bénévole. Toutefois, elle a toujours fait l’objet de doutes, principalement depuis l’affaire d’un détournement estimé à 1,2 MMDH qui s’est terminé par un bras de fer devant les tribunaux. Un vrai pactole qui aurait fuité dans les dédales de cet organisme qui compte plus de 350.000 adhérents et 850.000 ayants droit. Ce n’est pas la première fois que les ministères de l’Emploi et des finances signalent l’existence de défaillances dans la gestion administrative et financière de ladite mutuelle..

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages