A lire aussi

21-08-2019 13:50

M'barek Boussoufa rejoint le club qatari d'Al-Sailiya

L'international marocain M'barek Boussoufa a officiellement rejoint le club qatari d'Al-Sailiya…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Le ministère de l’Intérieur a révélé les éléments de l’enquête menée par une commission centrale de la Direction générale de la protection civile après le terrible incident, ayant coûté la vie à une fillette dimanche 4 août à Sidi Allal Bahraoui, causé par un chargeur de téléphone mobile bad quality.

Le communiqué, rendu public par le ministère jeudi 8 août, précise que la protection civile de Sidi Allal Albahraoui a été avertie à 17h13 par une personne travaillant dans un café près de l’appartement enflammé. La même source ajoute que la brigade de la protection civile a quitté son centre une minute après la réception de l’appel (17h14).

Arrivés à 17h17, les six éléments de la brigade ont inspecté des fenêtres sécurisées par des barreaux de fer d'un appartement en feu qui dégageait une épaisse fumée, tout en signalant la présence du corps de Hiba piégée dans la fenêtre, dont la partie supérieure était déjà avalée par les flammes.

Le ministère souligne toutefois une foule sur les lieux de l'incendie qui a bloqué le bon déroulement des secours. Le personnel de la protection civile n’a pas pu intervenir en raison de l'attroupement passif des personnes sur les lieux de l’incendie. Le chauffeur du camion d’extinction a été empêché d’augmenter la pression de la pompe, ce qui a donné une faible pression d’eau dirigée difficilement par les lances. Ainsi, les fenêtres étant protégées par des barreaux de fer et la porte principale de l’immeuble fermée à clé, les sauveteurs n'ont pu avoir accès à l'appartement.

D’après la même source, l'incendie aurait été maîtrisé à 17h20, et les flammes ont été circonscrites pour empêcher leur propagation au reste de l'appartement, soulignant que la nature des éléments brûlés (matelas en coton et un placard en bois), étant inflammables, ont participé à rapidement propager l'incendie.

En définitif, la brigade a pris une minute pour quitter la caserne. Trois minutes afin de se rendre sur les lieux de l’incendie. Trois minutes supplémentaires pour le circonscrire. Au total sept minutes pour toute l’intervention.

Le ministère a aussi réagi aux informations relayées sur les médias, et a fait savoir que plusieurs vidéos attestent du fait que la citerne du camion de ladite opération était remplie d’eau. «Le fourgon d'extinction utilisé dans cet incendie est un camion de nouvelle génération, en bon état et ne présente aucun dysfonctionnement», rajoute la même source.

Le ministère de l'Intérieur explique ainsi que certains témoins ont tenté de prévenir les pompiers en composant le numéro 155 alléguant que la ligne téléphonique était hors service tandis que la ligne de secours officielle est 15 ou 150. Le ministère a pu le vérifier en analysant le registre des téléphones utilisé dans les alertes d'incendie et le registre des opérateurs téléphoniques nationaux.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages