A lire aussi

21-05-2019 09:34

PAM. Crise autour du 4e congrès national

Les dirigeants du Parti authenticité et modernité (PAM) sont tiraillés. Dans la perspective du…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Le Maroc a dénoncé des "violations" et "provocations" par le Front Polisario au Sahara, menaçant, selon Rabat, le cessez-le-feu en vigueur, dans une lettre adressée jeudi au Conseil de sécurité. Dans cette missive qui comprend des photos, le Maroc reproche notamment au Polisario d'avoir organisé le 6 janvier des manoeuvres militaires à Mheiriz et inauguré le lendemain des locaux administratifs dans cette même localité.

Le 8 janvier, le Front Polisario a aussi déployé des véhicules militaires dans la zone tampon de Guergarate, selon le Maroc. "Le Royaume du Maroc condamne vigoureusement ces actes déstabilisateurs" qui "menacent dangereusement le cessez-le-feu", indique la lettre.

"Le Maroc appelle le Conseil de Sécurité, le Secrétariat de l'ONU et la Minurso (force de l'ONU contrôlant le cessez-le-feu), à condamner ces violations et exiger du Polisario de les arrêter immédiatement, de mettre en oeuvre ses engagements et de respecter les résolutions du Conseil de Sécurité", conclut le texte.

“Ces agissements constituent une violation flagrante des dispositions de la Résolution 2414 du 27 avril 2018, par laquelle le Conseil de Sécurité a enjoint au ‘polisario’ de se retirer immédiatement de la zone tampon de Guerguerate et lui a ordonné de ne pas se livrer aux actes déstabilisateurs de déplacement de structures administratives à l’Est du dispositif de défense au Sahara Marocain”, souligne le texte des lettres adressées au Conseil et au Secrétaire Général.

Plus grave, lit-on encore dans les deux lettres, ces agissements représentent un “reniement condamnable des engagements du ‘polisario’ de ne plus retourner à la zone tampon de Guergarate, ni transférer aucunes structures à l’Est du dispositif de défense”.

Pour rappel, des consultations à huis clos sur le Sahara sont prévues le 29 janvier au Conseil de sécurité. Ses membres doivent notamment faire le point sur la reprise des discussions multilatérales (Maroc, Polisario, Algérie, Mauritanie) sous l'égide de l'ONU, engagée début décembre à Genève.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages