A lire aussi

18-10-2017 12:15

Les phares intelligents de la Classe E primée

En amont du Salon Equip Auto qui s’ouvre cette semaine à Paris, Hella a reçu l’un des «Grands prix…
Rejoignez nous sur :
Maroc

La ville de Melilia a choisi de convaincre les jeunes migrants mineurs d’intégrer le centre d’accueil qui leur est dédié. L’enclave craint que ces jeunes ne tombent dans les filets des radicaux.

Le gouvernement de Melilia semble avoir changé d’approche concernant le dossier des mineurs migrants d’origine marocaine présents dans l’enclave. Si, auparavant, l’administration s’efforçait à dénoncer la démarche passive des autorités marocaines, elle veut désormais focaliser ses efforts sur ces adolescents. Il semblerait que l’arrestation du leader de la supposée cellule terroriste de Melilia ayant œuvré aux côtés des mineurs soit derrière ce changement de position. L’administration a finalement compris qu’il serait judicieux de surveiller de près ces jeunes, pour éviter qu’ils tombent dans les filets de mafias ou de groupuscules radicaux. C’est ainsi que le département en charge de ce dossier a procédé à la mise en place d’un programme consistant à regrouper les mineurs marocains vivant dans la rue. Le programme en question consiste à mandater les éducateurs sociaux auprès des adolescents vivant dans les rues de Melilia.

D’après le conseiller en charge du département du Bien-être social, cette initiative a permis de convaincre près d'une cinquantaine de jeunes migrants issus du royaume de rejoindre les centres d’accueil, placés sous la tutelle du gouvernement de Melilia. Selon le département en question, les éducateurs ont réussi, en l’espace de deux mois seulement, à amener ces adolescents à intégrer les établissements mis à leur disposition, au lieu de tenter la hasardeuse entreprise de traverser la mer clandestinement. Les éducateurs sociaux expliquent à ces jeunes, la plupart désespérés et s’adonnant aux drogues par inhalation, les avantages d’être placés sous la tutelle de l’administration de Melilia et les opportunités qui se présentent à eux, en termes de formation et d’éducation. Le département de Melilia a estimé que la plupart des jeunes sont natifs des zones limitrophes à l’enclave.

Toutefois, de plus en plus de jeunes candidats à l’immigration irrégulière proviennent de différentes régions du royaume, principalement de celle de Fès. En septembre dernier, 250 mineurs marocains ont rejoint l’enclave, encouragés par des amis ou des proches ayant déjà sauté le pas. À souligner que le gouvernement de la ville autonome avait annoncé son projet de mettre en place une commission ad hoc qui se chargera de suivre le dossier des mineurs migrants. Cette requête a été formulée par le parti de centre-droite Ciudadanos à l’Assemblée de la ville en 2016, requête que le gouvernement local a rejetée à l'époque. En même temps, le gouvernement de Melilia espère que les négociations entre l’Espagne et le Maroc, à propos de cet épineux dossier, aboutiront, et ce pour la mise en place d’une solution durable à ce phénomène.  

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages