A lire aussi

16-10-2018 09:17

Pression foncière. La soupape des centres émergents se fait toujours attendre

Selon le ministre de l’Habitat, ce chantier devrait réduire la pression de l’exode rural sur les…
Rejoignez nous sur :
Maroc
Crédit Agricole Fellah Trade

C’est la rentrée scolaire pour Mohamed Hassad, ministre de l’Éducation nationale. Le super-ministre entame une rentrée qui aura une valeur de test de sa méthode pragmatique.

L’école publique fait son entrée aujourd’hui. Après la phase transitoire marquée par les mesures prioritaires de la période 2013-16, cette rentrée devrait marquer le décollage effectif de la Vision stratégique 2015-2030. Le nouveau ministre veut imprégner sa touche à travers cinq décisions à fort impact.

1-Une rentrée préparée à l’avance
L’actuelle rentrée dans le secteur public se prépare depuis avril dernier. Le ministère de l’Éducation nationale (MEN) veut éviter le cafouillage qui a marqué la rentrée scolaire précédente. Les enseignants ont reçu les emplois du temps dès la fin de l’année scolaire précédente. Les élèves ont pu se réinscrire en juillet dernier, contrairement aux inscriptions qui se faisaient à la mi-septembre. Hassad et les deux secrétaires d’État (Larbi Bencheikh et Khalid Samadi) ont également visité plusieurs régions du Maroc pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux d’aménagement des infrastructures scolaires. Et la rentrée se déroule aujourd’hui, soit la première semaine de septembre au lieu de la deuxième semaine de ce mois, comme c'était la coutume depuis plusieurs décennies.Cette rentrée est marquée par une volonté d’instaurer la discipline dans les établissements. Le ministère insiste pour entonner l’hymne national en début de chaque semaine et exige le port d’une tenue uniforme par les élèves. Quant aux enseignants, ils sont invités à remettre leur blouse blanche.

2-Le français dès le CP
De nouvelles méthodes pédagogiques seront introduites cette année. La principale nouveauté consiste en l’inclusion de la langue française dès la première année du primaire. Cette innovation est une traduction des recommandations de la Vision stratégique 2015-2030. Hassad avait annoncé également un changement de méthode pour l’enseignement de l’arabe. L’école publique passe de la «méthode globale» à «la méthode par l’alphabet».

3-24.000 contractuels sur le banc d’essai
C’est une des principales nouveautés de l'actuelle rentrée : le recrutement par voie de contrat de 24.000 enseignants et agents administratifs. Le concours s’est déroulé en juin et les résultats ont été annoncés en juillet. 11.000 enseignants devront être opérationnels dès aujourd’hui. Ils auront les lourdes missions de remplacer les enseignants partis à la retraite. Cette année sera une année test pour ce mode de recrutement. Dans tous les cas de figure, c’est la fin d’une époque pour les enseignants.

4-Mettre fin à la surpopulation
C’est une des promesses phares de Hassad, mettre fin à la surpopulation dans les classes. Ce problème majeur dans les grands centres urbains et les périphéries des villes a même fait l’objet d’un rapport spécifique de la Cour des comptes. La promesse consiste à réduire le nombre d'élèves par classe à 40. Dans les classes de première année, le nombre ne devrait pas dépasser les 30 élèves «maximum», s’engage Hassad. Un engagement qui aurait pour valeur test la crédibilité de l’ensemble des mesures prises par la nouvelle équipe au sein du MEN.

5-Renforcer les infrastructures
Les infrastructures scolaires se trouvent dans état lamentable. Pour pallier à cette situation, le ministère s’est préparé à l’avance sur plusieurs niveaux. Dès avril, Youssef Belkacmi, secrétaire général du MEN, avait insisté dans sa note pour la préparation de la rentrée sur la finalisation des établissements scolaires en cours de construction. Le ministère avait promis 55 écoles tous niveaux confondus. 26 établissements se trouvent dans le milieu urbain et le reste dans le rural. L’offre éducative s’est dotée également de 10 nouveaux internats. Le ministère a également conduit des travaux d’élargissement dans plusieurs établissements. 1.948 salles, 28 internats, 8 restaurants et 93 salles administratives ont été concernés par ces travaux. La mise à niveau a touché dans l’ensemble 13.543 établissements. Dans les détails, 35.000 tables d’écoles ont été renouvelées, 146.000 tableaux et autant de bureaux ont été acquis par les douze académies du royaume. 

Repères

6,90
millions d’élèves

250.000
enseignants

14.000
établissements


De nombreuses questions en suspens

Les protestations liées aux mouvements d’affectations et de changements d’affectations n’ont pas faibli encore cette année. Chez les cadres de l’orientation scolaire, ce mouvement a pu satisfaire 31% des demandes. Le même taux de satisfaction des demandes a concerné les cadres administratifs du MEN. Ce point est parmi les questions de discorde entre les syndicats et le ministère. Les partenaires sociaux revendiquent «l’amélioration des conditions de travail du personnel de l’éducation en renforçant les effectifs dans les secteurs administratifs». La gestion du dossier des départs à la retraite et le statut du personnel de l’éducation font partie des questions à l’ordre du jour entre les deux parties.

Credit Agricole Fellah Trade 201/ 2019

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages