A lire aussi

11-12-2017 12:27

La BAD accorde 65 millions de dollars pour Noor Midelt

Le Conseil d'administration du Groupe la BAD a approuvé, à Abidjan, en Côte d’Ivoire, un prêt de…
Rejoignez nous sur :
Maroc

El Mostafa Ramid, le ministre d’État chargé des Droits de l’Homme vient d’exprimer au chef de gouvernement, Saad Eddine El Othmani, sa volonté de démissionner de son poste.


Et ce n’est certes pas la première fois, que Ramid annonce qu’il va présenter sa démission. Ministre de la Justice au gouvernement Benkirane, Mostafa Ramid a rédigé à deux reprises sa démission et en a exprimé une oralement à son chef de gouvernement à l’époque, Abdalilah Benkirane.


Cette fois encore, le ministre PJDiste a déclaré à nos confrères d’Akhebar Al Yawem qu’il «soutient d’abord et sans condition Saad Eddine El Othmani et toute l’équipe gouvernementale» et d’ajouter «continuer ou non à assumer ma mission ministérielle est un détail. Le plus important pour moi et que le responsable assume sa mission tant qu’il a la responsabilité et s’il se sent incapable de remplir ses fonctions qu’il démissionne».


Apparemment, Ramid a franchi des étapes dans cette décision de démission puisqu’il a informé El Othmani de son intention. Si le ministre des Libertés tient à sa décision, il exécutera la démarche de quitter l’équipe ministérielle en octobre prochain, juste après la séance d’ouverture du Parlement.


Cette annonce de Ramid intervient presque 20 jours après le discours du Trône, dans lequel le roi Mohammed VI a déclaré : «Il appartient à chaque responsable d’exercer les prérogatives qui lui sont dévolues, en toute autonomie. Il ne doit pas justifier son incapacité à agir, en ressassant le refrain : «Ils m’empêchent de faire mon travail» ! S’il n’en est pas capable, qu’il présente sa démission, personne ne l’en empêche !». Et de continuer, «en effet, au-dessus de tous, au-dessus des partis, au-dessus des élections, au-dessus des postes administratifs, c’est le Maroc qui doit prévaloir».


Par ailleurs, une interrogation s’impose, Ramid est-il en train d’initier les préalables de la tradition de démission des ministres et des grands responsables au Maroc dans le sillage du discours historique du 29 juillet 2017.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages