A lire aussi

16-11-2017 19:15

Stéphane Plaza: «Je suis sûr que le Maroc gagnera en Russie»

Stephane Plaza, agent immobilier et animateur TV Il est l’expert immobilier le plus connu de…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Les autorités espagnoles ont publié l’arrêté permettant l’accès provisoire des ovins en provenance du royaume. Toutefois, les conditions sont loin de plaire à la communauté musulmane de l’enclave.

C’est officiel ! Les moutons marocains peuvent accéder au préside de Melilla en toute tranquillité, à condition de réussir le test d’accès ! Le ministère espagnol de tutelle a publié dans le Bulletin officiel espagnol l’arrêté permettant l’importation des bêtes nationales, d’une manière provisoire. Ce texte modifie son prédécesseur promulgué en 2015, lequel interdisait l’accès du cheptel national au préside de crainte d’une contamination par la fièvre aphteuse. C’est le fruit d’un accord technique entre les deux autorités afin de permettre à la communauté musulmane la célébration de la fête de l’Aïd el-Kébir, comme elle ne le cesse de le réclamer. De même, le coup de gueule des éleveurs espagnols n’a pas fait fléchir les autorités espagnoles. La filière ibérique a remis en cause les conditions d’élevage des ovins marocains et a mis en garde contre cette mesure autorisant l’importation des bêtes originaires du terroir.

Toutefois, les conditions concertées par les deux administrations pour permettre l’accès des bêtes en provenance du cheptel national sont pour le moins dissuasives. De prime abord, l’importation du cheptel national est autorisée durant une période limitée. Le cheptel accédera à l’enclave du 1er août au 2 septembre, inclus, en respectant certains critères exigés par l’administration espagnole. De ce fait, les ovins doivent être munis d’un certificat délivré par les services vétérinaires officiels marocains. Le document doit être «dûment rempli et conforme au modèle convenu par les services vétérinaires des deux pays». Le modèle du formulaire que devrait remplir les éleveurs marocains souhaitant exporter leurs bêtes est disponible sur le portail du ministère espagnol de tutelle. Par la suite, les ovins seront transportés dans des véhicules adaptés et préalablement autorisés et enregistrés par les services vétérinaires, marocains et espagnols, souligne l’arrêté. Les engins servant au transport du bétail du Maroc et à destination de l’enclave, «devraient être soigneusement désinfectés par un produit chimique efficace contre la fièvre aphteuse», ajoute l’arrêté. Un document livré par les autorités marocaines devrait accréditer cette opération de désinfection, dans lequel seront consignés la date et les produits utilisés à cette fin ainsi que la plaque d’immatriculation du véhicule.

De plus, les ovins, précise le document officiel, seront soumis à un examen minutieux aux frontières. Un point de contrôle ah doc sera aménagé au poste frontière afin de procéder à cette tâche. Par la suite, les bêtes qui réussissent le test et décrochent leur «visa» délivré par les services vétérinaires de Melilla seront transférées dans un enclos homologué pour l’accueil du cheptel importé et ceci jusqu’au jour du sacrifice. Justement, cette mesure n’est pas du goût des résidents musulmans de Melilla et ni de certains partis politiques. Ceux-ci dénoncent des mesures décourageantes. D’ailleurs, aucune exploitation agricole de Melilla n’a montré jusqu'à présent son intérêt par l’importation du cheptel national.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages