A lire aussi

23-10-2017 19:33

Importations de blé : L’Exécutif ouvre les vannes

Le gouvernement compte rétablir des droits d’importation de blé à seulement 30% au lieu des 135% en…
Rejoignez nous sur :
Maroc

Les voisins et proches de la victime marocaine de 52 ans, décédée vendredi lors d’une intervention d’agents de la Guardia Civil à San Isidro (Almeria), ont réclamé justice lors d’une marche organisée dimanche. « A bas le racisme, nous voulons la justice », ont scandé les manifestants, majoritairement originaire du royaume.

Les faits remontent à l’après-midi de vendredi quand des éléments de la Guardia Civil se sont déplacés à la maison du défunt, suite à un appel effectué par le propre fils du défunt. Celui-ci demandait des secours car sa mère était violemment agressée, au moment de l’appel, par son père au domicile familial.

Plusieurs patrouilles de la Guardia Civil se sont déplacés au domicile des concernés, comme l’exigent le protocole de lutte contre la violence domestique. A leur arrivée, les agents ont pu confirmer les agressions de l’aveu de l’épouse, selon la version de la Guardia Civil.

La femme a même confié que son conjoint l’a menacée, à maintes reprises, avec un couteau. D’après les agents espagnols, le présumé agresseur, perturbé, a refusé d’abandonner le domicile et a opposé une forte résistance.

Arrestation et dommages collatéraux
Selon la version officielle, le résident marocain est tombé par terre au moment où les agents voulaient le menotter. Les agents ont appelé une assistance médicale et ont tenté de le secourir, comme en atteste une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux.

Toujours selon la version des faits présentée par les forces de l’ordre espagnoles, la victime a commencé à présenter des signes de malaise au moment de sa détention. Une version démentie par les proches du défunt. Dans une déclaration à la presse, la fille de la victime accuse les agents de recourir à une violence injustifiée.

Elle aurait informé les agents que son père est atteint de la maladie de Parkinson, toutefois ces derniers lui auraient asséné des coups pour le neutraliser. La police judiciaire de la Guardia Civil a ouvert une enquête. De même, une autopsie est en cours de réalisation pour déterminer les causes du décès.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages