A lire aussi

02-12-2019 13:51

Drame de Taza: Le "subtil" message de condoléances d'El Otmani

Suite au drame de la route, survenu dimanche à Taza, et qui a coûté la vie à 17 personnes selon les…
Rejoignez nous sur :
#MyStartup | En partenariat avec CCG

L’un des problèmes environnementaux et sociaux les plus urgents au Maroc sont la pollution et la dégradation de l’environnement, en particulier en raison des eaux industrielles non traitées. StepMobile fait face à cette problématique et propose aux industries un service innovant d’épuration mobile de leurs eaux usées.

Tout au long de leur processus de production, les industriels rejettent des eaux polluées suite à l’usage de produits chimiques et toxiques. Au Maroc, les usines sont tenues par la loi d’éliminer ces eaux usées de manière responsable et respectueuse de l’environnement, mais seules les grandes entreprises disposent d’une infrastructure permanente pour le faire. À travers sa startup StepMobile, Zouhair Chakir entend éliminer le problème d’épuration pour les petites et moyennes entreprises, à travers une station mobile de traitement des eaux usées d’une manière idoine. Pour mettre au point son idée, l’ingénieur d’État en génie des procédés industriels et traitement des eaux s’est basé sur son expérience et connaissances, acquises lors de plusieurs stages au sein de grands industriels : «Lors de mon stage de fin d’études, j’ai pu aller sur le terrain afin d’effectuer des enquêtes auprès des industriels du Grand Casablanca. J’ai remarqué qu’il y avait un besoin énorme en matière de traitement des eaux usées industrielles, sachant que cela affecte les ressources naturelles et la santé humaine. Ces industriels sont en effet confrontés à de grandes difficultés pour réaliser des stations d’épuration, faute d’investissements, de manque d’espace et de ressources humaines», détaille Zouhir. Des remarques qui le pousseront ensuite à donner vie en 2015 à une solution innovante, pratique et adaptable pour les industriels, une solution qu’il prénommera StepMobile. Il s’agit en fait d’unités compactes de traitement des eaux usées, qui sont transportées sur des camions et mises, à la demande, à disposition des industriels.

Un réel coup de pouce
Au début de l’aventure, la tâche s’est avérée ardue pour Zouhair Chakir : «en quête de financement, j’ai frappé à de nombreuses portes. A l’époque, c’était un peu difficile de trouver des investisseurs ou des bailleurs de fonds prêts à faire confiance aux jeunes porteurs de projets et à prendre le risque de soutenir leur innovation. Mais j’avais confiance en mon idée», affirme l’entrepreneur. Pour réaliser son projet, Zouhair Chakir a multiplié les participations aux forums de startups pour réunir les informations concernant le processus de création d’un projet. Mais c’est en arrivant vers la fin de 2016 au Cluster Solaire, que son objectif commencera à prendre forme : «j’avais postulé au programme FastTrack to Market lancé par le Cluster Solaire. C’est une initiative destinée aux entreprises en développement et qui m’a en effet permis d’intégrer l’incubateur. Avant, je suis passé par l’Espace Bidaya qui m’a réellement facilité la prise de contacts avec les professionnels du secteur que je vise. Au Cluster Solaire, le focus a été porté sur la partie business du projet. L’équipe nous a accompagnés tout au long du processus d’élaboration d’un business modèle, grâce à plusieurs formations», souligne Zouhair Chakir. Et de continuer : «l’arrivée de la CCG a vraiment changé le contexte pour la concrétisation du produit. Le chemin vers l’obtention du financement a certes été long et exigeant un travail acharné, surtout face à la concurrence de plusieurs autres startups. Mais ce n’était pas en vain», se souvient le startuppeur. En décembre 2018, StepMobile a reçu l’aide financière InnovIdea de la CCG, une aide qui a permis la production d’une unité prototype du projet. La startup cumule déjà les commandes auprès d’industries issues de différents secteurs. À l’avenir, Zouhair Chakir veut avancer à pas sûr : «mon objectif aujourd’hui est de lancer une précampagne pour tester le feedback des clients envers notre produit et comment nous pouvons l’améliorer. Cette phase de test est prévue en juillet prochain avec des industriels que nous avons déjà sélectionné. Notre but ultime est donc de satisfaire ces clients potentiels et les convaincre de l’efficacité de notre innovation». Pour les jeunes porteurs de projets qui veulent s’essayer à l’entrepreneuriat, Zouhair Chakir donne un conseil basé de sa propre expérience : «Il ne faut pas se prendre pour un CEO dès le début de cette aventure. Gardez les pieds sur terre, commencez petit et entourez-vous d’experts qui seront prêts à vous soutenir et à vous accompagner vers la réussite. Enfi n, malgré les contraintes, accrochez- vous !».


CCG, l’accompagnateur
À travers son fonds Innov Invest, la CCG soutient les jeunes porteurs de projets et les entreprises nouvellement créées. Ainsi, les intéressés dont la candidature a été validée par une structure labellisée par la CCG et pouvant démontrer le potentiel et la faisabilité de leur projet basé sur une idée innovante, peuvent aspirer à une aide financière allant de 100.000 à 200.000 DH via InnovIdea. Sont finançables par l’aide financière les dépenses couvrant les divers frais liés au projet et engagés par la cible éligible, à l’instar de la souscription d’une assurance, des déplacements, de la communication et de l’abonnement à des bases de données. Le financement est conditionné par la conclusion d’une convention d’accompagnement entre la cible éligible et la structure labellisée.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages