Imprimer
Affichages : 1058

Proposer des ressources éducatives pour transmettre la langue arabe et le patrimoine culturel de façon ludique aux enfants, tel est l’objectif que s’est fixé Jodour, startup marocaine créée par Sofia Zahid.

L’aventure Jodour a commencé il y a deux ans. «À ce moment là, j’étais dans le salariat, je ne pensais pas du tout à me lancer dans l’entrepreneuriat», nous confie d’emblée Sofia Zahid mais les choses ont bien changé depuis pour la jeune maman. En effet, pour assurer l’épanouissement de son fils, elle a fait face à un réel besoin d’outils innovants et modernes afin que son enfant soit au contact de la langue arabe et du patrimoine culturel marocain de façon ludique et agréable loin de toute contrainte de performance ou d’obligation. Son fils inscrit à une école de type mission française, ledit contact avec ces deux facettes de la culture n’était pas suffisamment assuré aux yeux de la jeune maman.

La quête a ainsi commencé pour Sofia Zahid : «j’ai commencé à chercher des ressources qui permettent de remédier à ces lacunes d’apprentissage ludique de la langue arabe pour mon fils mais en vain. J’ai fini par trouver des jeux d’apprentissage de la langue à l’étranger que j’ai ensuite ramenés au Maroc. Cela m’a donné l’idée d’en faire profiter tous les petits Marocains et de les aider dans ce sens, surtout que les enfants de moins de six ans jouissent de grandes capacités d’apprentissage des langues qu’il ne faut surtout pas gaspiller mais au contraire faire fructifier». Sofia Zahid a ensuite créé une page Facebook sur laquelle elle exposait les produits importés, initiative qui a suscité l’intérêt de nombreux parents. C’était le déclic pour la jeune entrepreneure : «C’est là que le projet a pris une autre envergure. J’ai eu l’ambition de concevoir et de produire des jeux propres à notre culture et à notre patrimoine afin d’encourager l’apprentissage ludique de la langue arabe des plus jeunes». Consciente du fait que le jeu permet d’intéresser les enfants et de les engager dans tout apprentissage et l’idée ayant fait son bout de chemin, Zahid a baptisé sa startup Jodour. Cette dénomination s’inspire du mot arabe signifiant «racines» et rappelle la raison d’être du projet : celle d’offrir aux enfants des jeux adaptés leur rappelant leurs origines, langue et patrimoine culturel et «surtout de pouvoir les reconnecter à leurs racines», explique Sofia Zahid.

Création
Une fois l’idée et le nom arrêtés, l’étape devant naturellement suivre était celle du financement. Au départ, Sofia Zahid a opté pour l’autofinancement de son projet grâce à des fonds propres : «à ce moment-là, j’étais toujours dans le salariat mais je dédiais mes soirées et week-ends au déploiement de Jodour», se souvient-elle. Quelques mois après et suite à sa démission, Zahid ne pouvait plus assurer les fonds propres et garantir la croissance de sa startup. La recherche d’une nouvelle source de financement devenait urgente ! En outre, la startuppeuse avait également besoin d’accompagnement en termes de gestion et de management d’entreprise. Sa recherche l’a conduite à «Impact Camp», programme conçu par Impact Lab, un incubateur qui accompagne les startups à caractère social et environnemental. L’Impact Camp vise donc à appuyer les entrepreneurs africains à développer leurs solutions digitales qui encouragent et favorisent l’engagement citoyen. Sofia Zahid a aussi participé aux InwiDays, compétition qui consacre les startups les plus innovantes et a remporté le premier prix qui consistait en un programme d’incubation avec Impact Lab. Ce dernier étant labellisé CCG, il donne accès à l’un des mécanismes proposés par cet établissement financier public en fonction du stade d’avancement de la startup. Émanant du Fonds Innov Invest, ces solutions sont Innov Idea, Innov Start, Innov Dev et Innov Risk. Jodour a bénéficié d’Innov Idea, financement revêtant la forme d’une subvention plafonnée à 100.000 DH par porteur de projet et à 200.000 DH en cas d’entreprise constituée par deux ou plusieurs associés. Grâce à cette aide, Zahid a pu mettre en place son premier prototype de produit, un puzzle bilingue (arabe/français) baptisé Bladi’Map. Le jeu permet d’initier les enfants à la géographie du Maroc et à ses 12 régions administratives à travers un design coloré. La vente du puzzle au grand public n’a pas encore été lancée : «Nous sommes en train de jauger la réponse du marché, d’apporter des modifications et d’avoir le feedback des clients qui testent le produit. Nous allons ensuite intégrer ces remarques et améliorer le produit afin qu’il ait une meilleure force de frappe», explique Sofia Zahid. Une fois prêt, Bladi’Map sera disponible via Internet et dans les magasins de jouets via des partenariats avec la startup. 


CCG. Financement de l’innovation

Le «Fonds Innov Invest» (FII) est un dispositif complet déployé par la CCG pour le financement de l’amorçage et des startups innovantes. Il fournit l’accompagnement et le financement nécessaires aux jeunes porteurs de projets et startups innovantes. Ceux-ci doivent prendre contact avec les structures labellisées CCG et démontrer le potentiel et la faisabilité de leur projet basé sur une idée innovante. Comme Sofia Zahid, ils peuvent aspirer à une subvention allant de 100.000 à 200.000 DH via Innov Idea. Sont finançables, au moyen de cette subvention les dépenses couvrant les divers frais liés au projet et engagés par la cible éligible à l'instar de la souscription d’une assurance, des déplacements, de la communication et de l’abonnement à des bases de données.