A lire aussi

13-12-2017 10:24

Boucetta représente le Maroc à la session extraordinaire de l’OCI à Istanbul

Les travaux de la session extraordinaire du Conseil des ministres des Affaires étrangères des pays…
Rejoignez nous sur :

47 ans après avoir joué leur premier rôle ensemble dans «La poursuite impitoyable» d'Arthur Penn (1965), Robert Redford et Jane Fonda reviennent à la Mostra pour présenter «Our souls at night» de Ritesh Batra. L’occasion pour le festival de rendre hommage à ce couple mythique du cinéma.

À 81 et 79 ans, Robert Redford et Jane Fonda déambulent sur le tapis rouge de la Mostra de Venise tel un jeune couple. Ceux qui semblent avoir trouvé la fontaine de Jouvence ont un parcours incroyable dans le cinéma et vouent une admiration sans faille l’un pour l’autre. Quand Redford dit qu’il voulait «faire un dernier film avec elle avant de mourir», Fonda soutient qu’elle voulait «encore une fois tomber amoureuse de lui». Réunis une quatrième fois à l’écran, le couple du cinéma a été honoré par un Lion d’or pour l’ensemble de leur carrière. «C’est amusant de l’embrasser et de l’aimer à 20 ans et de récidiver l’expérience à 80 ans», confie l’actrice en conférence de presse avant que l’acteur ne renchérisse : «Jane et moi avons une longue histoire dans le cinéma. Tourner avec Jane a toujours été facile, les choses tombaient en place naturellement, nous n'avions pas besoin de beaucoup de discussions et de préparation, et c'est resté le cas aujourd'hui».

Le film raconte l’histoire de voisins veufs qui vont combler leur solitude en se côtoyant. Ils tombent alors amoureux l’un de l’autre. Jane Fonda a d’ailleurs remarqué qu’il y avait peu de films qui concernent le 3e âge contrairement à l’affluence de films pour jeunes. «C'est un film sur l'espoir. Il n'est jamais trop tard si vous êtes courageux, prêt à prendre des risques», a expliqué Jane Fonda lumineuse et vitaminée. «Je voulais passer du temps avec lui et je voulais tomber à nouveau amoureuse de lui. J'ai toujours été amoureuse de lui dans tous les films que nous avons faits ensemble !» Après 1965, ils se sont retrouvés deux ans plus tard en jeunes mariés dans «Pieds nus dans le parc» de Gene Sacks et en 1979 dans «Le cavalier électrique» de Sydney Pollack. «Dans Pieds nus dans le parc», nous étions jeunes et sexy, dans «Our souls at night», nous sommes vieux et sexy !», s’amuse l’actrice en conférence de presse sous un tonnerre d’applaudissements face à un Robert Redford complice mais plus posé : «Dès notre première rencontre à l'écran, avec Arthur Penn, nous avons été immédiatement à l'aise, reprend Redford. Entre nous, pas besoin d'explications. J'aime cette entente à demi-mots. C'est quelque chose de très naturel qui a créé un rythme entre nous, à travers le temps. Au-delà du travail, nous avons en commun une attitude devant la vie». D’ailleurs, Jane Fonda a salué son compagnon à l’écran pour l’homme qu’il est et l’acteur qu’il est. Selon elle, il a beaucoup apporté au cinéma américain et au cinéma mondial grâce notamment à Sundance, un festival de cinéma indépendant devenu mythique. «Quand on a du succès, et c'était mon cas, on a des choix à faire, précise Redford. J'ai souhaité donner leur chance à des gens qui n'ont pas accès aux grands studios. C'est ce que les Américains entendent par le mot indépendance. Sundance a d'abord créé une communauté de réalisateurs, scénaristes, acteurs puis avec le festival Sundance, une communauté de spectateurs cinéphiles».

Les acteurs n’ont pas parlé politique même s’ils ont insinué qu’il y avait beaucoup de problèmes à arranger aux États-Unis, ils ont préféré parler de leur carrière et du cinéma. Un parcours incroyable de deux monstres sacrés du cinéma qui restent profondément humbles et humains. Si Robert Redford prévient que vieillir n’est pas simple car le physique ne suit plus et «on ne fait plus facilement tout ce qu’on faisait avant», Fonda donne une belle leçon de vie : «L'espoir est lié au risque, commente Fonda. C'est aussi le sens de notre film : une histoire de seconde chance. Je suis sûre que beaucoup d'entre vous ont des regrets, de n'avoir pas aimé leurs proches comme ils l'auraient dû. Et au moment de mourir, c'est la seule chose qui comptera. Est-ce que j'ai donné assez d'amour ?». Paroles de sages. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages