A lire aussi

14-11-2017 10:01

Souss : Le Fonds vert pour le climat finance l’irrigation

Le mécanisme financier des Nations Unies compte soutenir le projet de modernisation des systèmes…
Rejoignez nous sur :

La publication des résultats annuels tout comme semestriels est l’occasion pour les analystes de revoir leurs business plans des valeurs qu’ils suivent. Upline Research étudie de manière régulière 20 valeurs. Elle vient de délivrer les recommandations les concernant.

La lumière des résultats semestriels les analystes d’Upline Research ont actualisé les recommandations émises en avril de l’année en cours tout en ajustant les prévisions pour certaines valeurs et en révisant les paramètres d’actualisation. Au total, les analystes ont passé en revue 20 valeurs et recommandent à l’achat 4 valeurs. 8 valeurs sont à renforcer, 5 à conserver, tandis que 3 sont à alléger. Il s’agit en ce qui concerne les valeurs à acheter d’Addoha, de Résidences Dar Saada, de CMT et d’Auto Hall. Les valeurs à renforcer dans les portefeuilles sont Attijariwafa bank, CIH, Maroc Telecom, Ciments du Maroc, Total Maroc, Cosumar, Lesieur Cristal, et Lydec. Les valeurs à conserver sont Saham Assurances, Wafa Assurance, SMI, Taqa Morocco et Marsa Maroc. Quant aux valeurs à alléger, elles sont constituées de LafargeHolcim Maroc, Managem et Label’Vie. La BCP étant société mère d’Upline Research, les analystes ont choisi de ne pas l’inclure dans la sélection des valeurs pour des raisons déontologiques.

Des prévisions ajustées
Toutefois, au niveau des fiches détaillées des valeurs, les analystes n’ont retenu que 11 valeurs, soient celles dont les prévisions ont été ajustées. Il s’agit en l’occurrence de CIH, LafargeHolcim Maroc, Ciments du Maroc, Total Maroc, Managem, SMI, CMT, Taqa Morocco, Lesieur Cristal, Auto Hall et Marsa Maroc. Par ailleurs, les analystes soulignent que «l’ensemble des modèles de valorisation ont fait l’objet d’une révision des paramètres d’actualisations», tout en précisant que pour le cas de Cosumar «l’ancien cours cible a été ajusté en tenant compte de l’augmentation de capital par incorporation de réserves». Dans le détail, le nouveau cours cible pour Attijariwafa bank est fixé à 512 DH, au lieu de 466 DH précédemment. Ceux de Saham Assurance et de Wafa Assurance sont établis à 1.444 DH et 4.748 DH respectivement au lieu de 1.449 DH et 4.344 DH. Maroc Telecom a vu aussi son cours cible revu à la hausse le fixant à 147 DH contre 143 DH précédemment. Addoha a vu, pour sa part, son cours cible maintenu à 58 DH tandis que celui de Résidences Dar Saada passe de 237 DH à 226 DH. La révision des paramètres d’actualisation a permis à Label’Vie de voir son cours cible passer de 1.483 DH à 1.590 DH et à Lydec de le voir porté à 635 DH au lieu de 619 DH.

CIH, rendement de dividendes plus intéressant
Concernant les valeurs profitant de fiches détaillées, on notera que pour CIH les analystes ont revu à la baisse leur anticipation de rentabilité pour 2017. Ils s’attendent ainsi à ce que le résultat net part du groupe, que dégagera CIH au terme de l’année, se chiffre à 404,4 MDH au lieu d’une prévision initiale à 506,1 MDH. Avec cette nouvelle prévision le RNPG sera ainsi en repli de 6,9% par rapport à ce qui a été réalisé en 2016, alors que les analystes s’attendaient auparavant à ce qu’il soit en hausse de 16,47%. En dépit de ce repli, la nouvelle valorisation du titre a permis de ressortir un cours cible de 330 DH -contre 343 DH auparavant- qui reste supérieur à son cours sur le marché boursier de 294 DH observé le 20 octobre 2017. Les analystes recommandent en conséquence de renforcer le titre dans les portefeuilles. «Une recommandation appuyée par un potentiel de croissance prometteur de la profitabilité et de la rentabilité du groupe, justifié par la mise en place par le groupe d’un plan stratégique axé sur la diversification. De surcroît, la banque adopte une politique de distribution généreuse (par rapport aux autres opérateurs du secteur), qui permet à la valeur d’offrir un rendement de dividende (4,8%) supérieur à la moyenne du secteur (2,6%) et du marché (3,4%)», expliquent-ils.

Les cimentières, des perspectives divergentes
Concernant Ciments du Maroc qui a bien pâti au premier semestre de 2017 de l’atonie du marché et de la baisse des ventes de ciments, les analystes s’attendent plutôt à une reprise au second semestre. Ils prévoient en conséquence une amélioration des revenus de 1,3% par rapport à ceux de 2016 -et même une hausse par rapport aux prévisions initiales (3,87 MMDH)- pour s’élever à 3,91 MMDH. Par ricochet, le RNPG devrait aussi s’améliorer pour s’établir à 1,05 MMDH au lieu du déficit de 136,4 MDH, affiché à fin 2016 et contre la prévision précédente qui tablait sur un bénéfice de 1,02 MMDH. La valorisation ressort ainsi un cours cible de 1.698 DH, contre 1.484 DH estimé auparavant. Compte tenu du cours à la Bourse de 1.585 DH, les analystes recommandent de renforcer le titre dans les portefeuilles. A contrario, la conjoncture serait moins clémente pour LafargeHolcim Maroc en raison de ses zones de présence qui ont été impactées par la baisse des ventes de ciments mais aussi de béton et granulats. Les analystes ont ainsi revu à la baisse leurs prévisions avec un RNPG estimé à 1,92 MMDH au lieu de 2,01 MMDH auparavant. La valorisation pour sa part ressort à 1.804 DH, soit 5,1% de plus que le cours observé au 20 octobre 2017 (1.900 DH), d’où la recommandation des analystes d’alléger le titre dans les portefeuilles.

Total et Taqa en bonne posture
Total Maroc, de son côté, devrait profiter de la montée en puissance de ses produits à forte valeur ajoutée, notamment Total Excellium ou encore les lubrifiants hauts de gamme ainsi que de la maîtrise des coûts de commercialisation des produits. Le RNPG ressortirait ainsi en hausse de 4,5% par rapport à 2016 pour s’établir à 937,9 MDH. En conséquence, et tenant compte d’un potentiel de hausse de 9,1% sur la Bourse de Casablanca, les analystes maintiennent leur recommandation de se renforcer sur le titre. Taqa Morocco est plutôt à conserver. L’actualisation de ses prévisions fait ressortir un RNPG à atteindre de 1,03 MMDH au lieu de 945 MDH prévus initialement et contre 978,5 MDH en 2016. La valorisation par la méthode «DCF» fait aboutir à un cours cible de 885 DH contre 814 DH, soit un potentiel de hausse de 1,7% par rapport à son cours en Bourse du 20 octobre courant, d’où la recommandation des analystes de conserver le tire dans les portefeuilles.

Les cimentières dépendantes de leurs cours
Du côté des minières, les analystes estiment que CMT est une mine qui recèle encore du potentiel et qu’il faudra donc acheter. Managem par contre est une valeur à alléger et SMI à conserver. À l’origine de ces recommandations aussi disparates -alors que les projections du consensus des analystes publiés par Bloomberg tablent sur une hausse des cours des métaux sur les 3 prochaines années- un comportement boursier divergent. En effet, si l’estimation du RNPG de CMT a été revue à la baisse, la recommandation, elle, est à l’achat. En effet, le RNPG attendu pour CMT est estimé à 185,1 MDH au lieu de 209,1 MDH auparavant, contre 162,2 MDH en 2016, soit une hausse de 14,1%. Ceci dit, la valorisation après ajustement ressort un cours cible de 1.823 DH contre 1.849 DH auparavant. En dépit de cette dépréciation, le titre continue de présenter un potentiel de hausse de 22,8% par rapport à son cours en Bourse du 20 octobre 2017. Concernant Managem, les nouvelles prévisions tablent sur un RNPG de 806 MDH, au lieu de 391,1 MDH prévus initialement et contre 288,5 MDH en 2016. De même, la valorisation ressort à un cours cible de 1.501 DH contre 1.393 DH initialement, mais compte tenu du cours sur la Bourse, la valeur présente un potentiel de baisse de 10,1%, d’où la recommandation d’alléger le titre dans les portefeuilles. Enfin, le RNPG de SMI devrait pour sa part se chiffrer à 308,6 MDH au lieu de 324,4 MDH prévus initialement et contre 292,9 MDH enregistrés en 2016. De même, le cours cible ressort à 3.378 DH contre. 2.987 DH, mais compte tenu du potentiel de baisse par rapport au cours de 2,1%, les analystes recommandent de conserver le titre.

Lesieur Cristal, leader incontesté
Lesieur Cristal profitant d’une reprise des cours du soja ainsi que de la dynamique de l’activité à l’export et des nouveaux produits, a vu ses performances revues à la hausse. Au final, le RNPG ressortirait en amélioration de 1,7% se fixant à 208,5 MDH contre 205 MDH en 2016 et une estimation initiale de 207,6 MDH. Bien que la valorisation soit modifiée, l’opinion des analystes demeure positive «au regard de son positionnement en tant que leader du secteur de l’huile de table et sa situation financière solide lui permettant une croissance aussi bien interne qu’externe». À ce titre, les analystes rappellent que «le groupe a réalisé en juillet dernier, une prise de participation de 100% dans la société Indusalim, opérateur de la margarine au Maroc. Cet élément n’a pas été intégré dans notre business plan, en raison du manque d’informations sur les chiffres financiers de la société acquise. Au final, la valorisation ressort un cours cible de 173 DH au lieu de 151 DH, présentant un upside de 8,2% par rapport à son cours en Bourse du 20 octobre 2017».

Auto Hall, un cours cible de 116 DH
L’unique concessionnaire automobile faisant partie de la sélection -Auto Hall- connaît un maintien d’une opinion positive sur le titre et ce, en dépit d’une révision à la baisse de ses performances. «Cette révision découle du recul des prix de ventes consécutif à la reconduction des prix et des offres promotionnelles appliqués au Salon Auto de 2016 par tous les distributeurs», expliquent les analystes. Les analystes s’attendent à ce que le résultat net consolidé du concessionnaire s’établisse à 181,5 MDH au lieu de 216,2 MDH estimé auparavant. Le maintien de cette opinion positive s’explique pour sa part par le «potentiel de développement que présente le groupe, grâce notamment à la diversité de ses cartes de distribution, l’étendue de son réseau commercial et le mouvement du renouvellement des taxis. Ainsi, sur la base de la méthode «DCF», nous aboutissons à un cours cible de 116 DH au lieu de 126 DH, présentant un upside de 21,8% par rapport à son cours en Bourse du 20 octobre, d’où notre recommandation d’acheter le titre».

Une diversification payante pour Marsa Maroc
Concernant Marsa Maroc, les analystes d’Upline Research tiennent compte dans leur ajustement «d’un effet-prix négatif (retour aux tarifs avant congestion du port de Casablanca) qui se traduirait par une légère hausse de 0,5% du chiffre d’affaires conteneurs à 936 MDH, contre une projection initiale de hausse de 3,5%. Notre hypothèse est confortée par l’anticipation par Marsa Maroc, pour le restant l’année, d’une poursuite de la tendance d’évolution du chiffre d’affaires observée sur la 1re moitié de l’année». Dans ce sillage, les analystes prévoient que la capacité bénéficiaire part du groupe s’établisse au terme de l’exercice 2017 à 505,1 MDH au lieu de 654,6 MDH projetés auparavant. «La projection du RNPG exclut le risque émanant du contrôle fiscal en cours et dont le montant n’a pas encore été notifié à la société (opération de vérification de la comptabilité portant sur la TVA, l’lS et l’IR au titre des exercices 2013 à 2015)», tiennent-ils à préciser. Compte tenu de ces ajustements, la valeur intrinsèque du titre Marsa Maroc ressort à 146 DH, d’où la recommandation de conserver le titre dans les portefeuilles comparativement à son cours au 20 octobre 2017. Les analystes tiennent par ailleurs à souligner qu’«en dépit de cette correction à la baisse de notre recommandation, la société continue de bénéficier d’une grande diversification de ses activités, lui permettant de s’adapter en permanence à l’évolution de la conjoncture nationale et internationale. Cette résilience de l’activité est confortée également par une assise bilancielle saine». 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages