A lire aussi

22-11-2017 09:19

Émergence ou décadence ?

Image par défaut
Le PLF 2018 a été adopté, sans surprise, à la première Chambre. Les débats étaient d'un niveau…
Rejoignez nous sur :

Avec des performances concluantes au terme du premier semestre, le producteur d’électricité vise des résultats en forme à fin décembre 2017. L’opérateur a même obtenu les faveurs des analystes, malgré un niveau d’endettement assez élevé.

Taqa Morocco sait déjà à quoi s’en tenir. Le producteur d’électricité est même confiant pour l’année 2017. L’opérateur table sur un peu plus de 8,3 MMDH de chiffre d’affaires pour cette année (en légère hausse par rapport à 2016). «Les résultats du premier semestre présageaient déjà d’une bonne année pour Taqa Morocco, grâce à des performances solides», soulignait Taqa Morocco lors de la présentation des résultats semestriels du groupe. Le chiffre d'affaires de l'entreprise a enregistré une hausse de 0,5% pour ressortir à 4,07 MDH au terme du premier semestre 2017. Une progression qui s’attribue à la bonne performance de l’ensemble des unités et ceci malgré la révision majeure de l’Unité 3 ainsi que de la baisse de 2% des frais d’énergie due à l’évolution du prix d’achat du charbon. Le résultat net part du groupe a augmenté, lui, de 15% à 536 MDH au 30 juin 2017, porté par la hausse du résultat d’exploitation et l’amélioration du résultat financier suite à la baisse des taux d’intérêts en 2016. Le niveau d’endettement même s’il reste assez élevé, affiche une nette amélioration (le gearing était à 184,5% en 2016 et est estimé à 164,9% cette année). Au final, le résultat net consolidé suit la même tendance que le RNPG et s’établit à 701 MDH, en hausse de 14%. Il faut dire qu’aujourd’hui, l’opérateur énergétique côté en Bourse dispose de plusieurs atouts qui confortent les ambitions du groupe. En effet, tout en tentant de se maintenir - voire dépasser - son business plan, l’entreprise planche désormais sur plusieurs opportunités au Maroc et en Afrique (l’objectif de réaliser une à deux centrales à l’horizon 2025). Si Taqa Morocco s’attend à des réalisations financières à fin 2017 en progression par rapport à 2016 ; il en est de même des analystes de la place. Pour BMCE Capital qui recommande la valeur à «accumuler» - et qui vise un cours cible de 953,8 DH -, l’entreprise devrait capitaliser, entre autres, sur le retour à la normale du taux de disponibilité des unités 5 & 6 avec un arrêt de 7 jours seulement pour l’unité 6 sur la 2e partie de 2017.

L’opérateur devrait miser également sur la poursuite de sa politique de maîtrise des charges à travers, notamment, la renégociation des gros contrats, le développement des synergies avec les unités 5 & 6, la diversification du sourcing et la maîtrise des arrêts fortuits. En effet, la renégociation des contrats de concession des unités 1 à 4, devrait se clôturer courant 2018 et porte sur un alignement des durées de concession avec 5 & 6 moyennant des investissements à prévoir post 2027 et une revue à la hausse des tarifs qui devraient rester inférieurs à ceux de 5 & 6. De plus, Taqa Morocco envisage de développer les unités 7 & 8 pour répondre aux besoins croissants en énergie de l’économie marocaine.

À cela s’ajoute le projet éolien d’une capacité totale de 400 MWh, dont le producteur électrique vient d’obtenir l’autorisation de commercialisation de l’énergie propre. Les études de génie civil et électrique seraient actuellement en phase finale. Concernant le Gas To Power, Taqa Morocco attend toujours le retour de l’ONEE (entre fin 2017 et mi 2018) suite à l’appel d’offre lancé par ce dernier. Pour pratiquement les mêmes raisons, Upline Securities s’est attelé à l’ajustement de ses prévisions et de ses paramètres de valorisation. La recommandation du titre est maintenue à «conserver» pour la banque d’affaires. Celle-ci vise un cours cible de 885 DH, soit un potentiel haussier d'1,7% par rapport à son cours en bourse du 20/10/2017.


Salma Kharbachi
Analyste chez AlphaMena

Taqa Morocco affiche un potentiel de 5,63%, reflétant sa position importante dans le secteur de la production d’énergie électrique au Maroc, sa bonne performance opérationnelle et son rendement en dividende attractif (4,83% contre 3,51% pour l’Univers marocain couvert par AlphaMena). Aux cours actuels, la firme se négocie à 9,88x VE/EBITDA vs. 14x pour ses comparables AlphaMena. À notre avis, Taqa Morocco reste l’actif le plus rentable du géant émirati Taqa. Côté perspective, la firme s’ouvre à des perspectives de développement intéressantes au Maroc et en Afrique dans le gaz et les énergies renouvelables. À l’échelle locale, les projets du groupe s’inscrivent ainsi dans le sillage des grands axes de la politique énergétique marocaine pour les prochaines années. La firme est actuellement en phase avancée concernant sa filiale éolienne dans un pays ayant fixé un objectif ambitieux de 52% d’électricité verte en 2030. Le projet sera doté d’une capacité de production de près de 150 à 200 MW et l’investissement est estimé à près de 1,5 MMDH. Par ailleurs, le géant émirati envisage de devenir, au cours de la prochaine décennie, le leader indépendant dans la production d’énergie électrique en Afrique à travers Taqa Morocco. Ces projets devraient booster les revenus de la firme dans les années à venir.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages