A lire aussi

15-11-2019 10:28

Médicament pédiatrique. Alerte sur la rupture de la vitamine K

Cette situation dure depuis février 2019. L’indisponibilité de la vitamine K, médicament vital…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

Nouvellement introduite à la gamme importée d’Alfa, la Giulia Veloce se situe idéalement entre les versions base et la radicale Quadrifoglio. Elle vient prouver qu’il est possible de rouler dans une familiale sportive et diesel, sans se ruiner et tout en contournant les berlines allemandes.

Sportive, l’Alfa Romeo Giulia l’est d’emblée de par son style et dans une certaine mesure, son logo. Car, pour ce qui loge sous son capot, il fallait jusqu’ici se contenter de diesel de 136 ou 160 chevaux de puissance. À moins d’opter pour la diabolique version Quadrifoglio Verde (QV) et son tonitruant V6 de 510 ch, mais… après avoir signé un chèque d’environ 800.000 DH ! Désormais et entre ces deux extrêmes, il est possible de se faire vraiment plaisir au volant de cette Alfa, sans y laisser un bras. C’est précisément ce que propose la Giulia Veloce qui offre un intérieur sportif, un équipement de haut niveau et surtout, une bonne dose de Newton-mètre (NM) sous le pied droit. Le tout, à travers une silhouette tout aussi racée que celle frappée du trèfle.

Sportive façon soft-tuning
Sans adopter le look radical de la version QV et ses éléments en carbone, la Giulia Veloce cultive avec brio la fibre sportive qu’elle revendique. Autrement dit, elle s’encanaille avec classe et sans excès. Cette italienne est forcément reconnaissable par l’inscription «VELOCE» accolée sur ses ailes avant, mais hormis ce badge, l’œil averti d’un Alfiste, d’un passionné ou simplement d’un connaisseur, l’identifiera immédiatement en contemplant son postérieur. Outre son extracteur d’air flanqué de deux grosses canules d’échappement aux extrémités, la Giulia Veloce affiche fièrement sur sa malle le logo Q4 qui trahit son identité, puisqu’il correspond à la transmission à 4 roues motrices telle qu’elle est brevetée par Alfa Romeo. L’ensemble repose sur de grande roues de 19 pouces qui laissent aisément entrevoir d’imposants étriers de frein noirs, mais pouvant être peints en jaune ou en rouge. Pour tout le reste, c’est une Giulia avec ses flancs sculptés et sa signature lumineuse très typée en plus de la fameuse calandre propre à toutes les Alfa et piquant vers le bas tel un bec d’aigle.

Raffinée et suréquipée
À bord, l’esprit sportif se matérialise à travers une série de détails à même de combler les puristes. Il est ainsi question d’un volant sport spécifique, de pédaliers en aluminium, ainsi que de sièges sport plus enveloppants et habillés d’une somptueuse sellerie en cuir authentique proposé en trois coloris (noir, rouge ou tabac). Le reste de l’habitacle est agrémenté d’inserts en aluminium satiné et plus précisément sur la planche de bord (aérateurs), la console centrale et les portes. La Giulia Veloce marque aussi sa différence et son standing par ses équipements de confort. Ainsi et en plus de ce qu’offrent les versions inférieures, à savoir, la clim’ auto bizone, l’interface multimédia avec mirroring pour smartphone, le régulateur de vitesse adaptatif, l’alerte anticollision avec détection des piétons, la caméra de recul avec radars av/ar, les phares au xénon, l’alerte de dérive Etc…, elle reçoit un volant chauffant, des sièges avant à réglages électriques et un écran multifonctions de 8,8’’ avec navigation 3D.

Des dessous tirés à 4 épingles
Sous le capot, c’est un diesel affûté qui anime cette version, à savoir, le 2,2 litres turbodiesel, associé à une boîte auto à 8 vitesses. Revisité par les motoristes d’Alfa, ce moteur dont on rappellera qu’il est le premier diesel «maison» construit entièrement en aluminium, voit sa puissance et son couple portés à, respectivement, 210 ch et 470 Nm. Avec une valeur de couple aussi élevée (pour un diesel de cette cylindrée), ce bloc assure un répondant particulièrement rapide et promet un réel agrément de conduite. On en dira autant pour la transmission intégrale Q4 qui intègre une boîte de transfert active et un différentiel avant, capables de gérer le transfert de couple entre essieux dans des délais extrêmement réduits. Autant dire qu’agilité, motricité, efficacité et adhérence seront au rendez-vous. Les performances aussi! Sans vouloir faire l’apologie de la vitesse, on précisera que cette Giulia accélère de 0 à 100 km/h en 6,8 secondes et monte jusqu’à 235 km. Avez-vous dit Diesel sportif ? Il reste enfin à évoquer son prix, lequel est annoncé à 499.900 DH. Avec un peu de chance, les conseillers commerciaux d’Alfa ristourneront ce montant pour le ramener sous la barre des 480.000 DH, premier seuil de la taxe de luxe. Une hypothèse jouable qui contribue à faire de la Giulia Veloce un «luxe accessible» et assurément une alternative intéressante aux sempiternelles berlines germaniques.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages