A lire aussi

21-09-2017 15:54

Climat : Un observatoire d’évaluation des actions des acteurs non-étatiques en gestation

L’initiative a été lancée par l’Association Climate Chance qui a profité du 2e Sommet mondial…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

Opérant dans le giron des grands SUV premium, le Discovery arrive dans sa nouvelle mouture. Au-delà de son design chic et de ses sophistications, il est l’un des rares de son segment à combiner de belles capacités off-road à un habitacle de 7 places. Assurément le 4x4 familial le plus polyvalent du moment !

King of the hill (traduisez «roi de la colline»). Voilà comment le constructeur Land Rover qualifie le nouveau Discovery, qu’il présente aussi comme étant «probablement le meilleur SUV familial au monde». Le dernier modèle renouvelé par la marque à l’Ovale verte vient d’intégrer les showrooms de Smeia, s’exposant aux côtés des Evoque et Range Rover Sport. Deux best-sellers qui n’empêcheront pas le nouveau Disco’ de trouver sa clientèle ciblée, qui se veut totalement différente et ayant une vocation beaucoup plus familiale. Pour s’en convaincre, il n’y a qu’à voir le gabarit de cet imposant SUV qui frôle les 5 mètres de long (4,97 mètres précisément) et compte 7 places à son bord. Un physique qui se veut aussi et avant toute chose, très séduisant.

Beau, haut et costaud
Un style contemporain, une bonne dose d’aluminium et un allongement de 14 cm. Voilà, en gros, ce qui sépare la carrosserie du nouveau Discovery par rapport à l’ancienne mouture. Esthétiquement, c’en est fini avec les surfaces carrées au profit de contours et d’angles plus arrondis à l’image de la forme des projecteurs et du bouclier avant, ainsi que du montant de custode qui dicte le coup de crayon profilé du vitrage latéral. Sous cet angle, l’élément esthétique phare dans l’ADN stylistique du Discovery, à savoir ce petit décrochement du toit, est toujours présent, mais se veut nettement moins haut qu’il ne l’était sur les quatre précédentes générations. Cela n’empêche pas ce colosse de culminer à 1,84 m, voire près de 1,89 m, lorsqu’il est en mode off-road, grâce à sa suspension pneumatique (équipement de série) qui rehausse sa garde au sol de 22 à 28,3 cm ! Autre prouesse technique, le recours massif à l’alu a permis un gain de poids conséquent, allant de 267 kg sur les versions à moteur 6 cylindres, à 480 kg sur celles mues par un 4 cylindres !

7 places ou un coffre géant
Par son espace habitable, sa présentation et ses sophistications de confort, l’intérieur du Discovery suscite un enthousiasme immédiat. À l’image d’autres SUV de même trempe (Q7, X5, XC90…), le Discovery peut recevoir une troisième rangée de sièges. Celle-ci a le mérite d’être assez accueillante pour ses occupants, leur offrant de l’espace, de la ventilation et même une assise chauffante. En revanche, elle réduit considérablement la capacité du coffre dont le volume chute de 1.230 litres (5 places) à 258 l (7 places). Comme les autres modèles de la marque, l’habitacle se pare de matériaux de grande qualité et reçoit une planche de bord au dessin très typé Land Rover. L’équipement est décliné en quatre finitions (S, SE, HSE et HSE Luxury), en plus d’une série limitée au lancement (First Edition). Le premier niveau intègre notamment, la climatisation manuelle, l’autoradio à écran tactile, les jantes alu’ de 19’’, le capteur de pression des pneus et les phares antibrouillard, en plus de la suspension pneumatique et du Terrain Response. Pour avoir les sièges en cuir et à réglages électriques, la clim’ auto bizone, l’aide au stationnement avec caméra, les phares à LED ou encore, l’éclairage d’ambiance, il faudra se tourner vers les finitions hautes.

En attendant les 4 cylindres
Quelle que soit sa finition, le nouveau Discovery ne fait aucune concession sur le terrain du franchissement. Outre sa garde au sol amplement suffisante au même titre que ses angles d’attaque (28,5° à 34°) et de fuite (27° à 30°), l’engin peut surtout compter sur l’électronique intelligente du Terrain Response, système relié à sa transmission intégrale. Celui-ci module la motricité et la gestion du couple moteur en fonction de la surface rencontrée, contribuant à faire de ce Land un authentique franchisseur, capable aussi de traverser des gués profonds jusqu’à 90 cm !  Mécaniquement, les premiers arrivages de Smeia ne comptent que des 6 cylindres, en l’occurrence le diesel 3.0 litres TD6 de 258 ch et son homologue à essence de la version Si6 qui développe 340 ch avec, dans les deux cas, une boite de vitesse automatique à 8 rapports. Il faudra encore patienter quelques mois avant de voir arriver sous son capot les nouveaux 2.0 litres diesel de la famille Ingenium qui brillent par leur puissance (180 ch pour le Td4, 240 ch pour le Sd4) et leur faible consommation (respectivement 6 et 6,5 l/100 km en moyenne). D’ici là, le nouveau Discovery fera valoir le prestige du blason vert, s’affichant à des tarifs compris entre 665.100 et 908.600 DH. Séduit ? À vos chéquiers ! 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages