A lire aussi

19-10-2017 13:44

Tribunal numérique : La justice teste son portail

À trois ans de l'échéance fixée par les bailleurs de fonds, le département de la Justice a lancé…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

Première prise en main de la nouvelle génération de la micro-citadine coréenne. Le ticket d’entrée de la gamme Kia s’améliore sur tous les points et ne se refuse rien ou presque. Pour la Picanto, troisième du nom, l’objectif est clair : rester au diapason dans son segment.

Design et qualité aidant, Kia Motors a définitivement émergé, avec des ventes mondiales qui ont plus que doublé en moins d’une décennie, passant de 1,4 million de véhicules en 2008 à 3,01 millions en 2016. Si elle n’est pas le modèle le plus vendu de la marque, la Picanto joue depuis toujours un rôle clé dans sa croissance. Lancée en 2004, puis renouvelée en 2011, la petite Kia en est aujourd’hui à sa troisième génération. Celle-ci aura la charge de faire mieux que le modèle sortant, qui s’est écoulé à plus d'1,4 million d’exemplaires à travers le globe ! Un challenge relevable au vu de l’ensemble des qualités qu’elle présente, à commencer par un design dans la continuité, mais avec un regard inédit et surtout du sang neuf.

Un surplus de caractère
Il ne faut pas un œil très avisé pour constater que cette nouvelle mouture est restée fidèle au style général de la Picanto. Il est ainsi toujours question d’une longueur contenue à 3,595 m et de roues repoussées aux quatre coins de l’auto. En revanche, les différents éléments de la carrosserie sont inédits, faisant montre d’un design plus travaillé, voire un tantinet sophistiqué. C’est ce qu’inspire la face avant et ses phares anguleux qui intègrent des feux de jour et des clignotants à LED à travers un nouveau graphisme interne. À l’avant toujours, on note une calandre plus affinée et surmontant une grande bouche béante sur le bouclier. Un «plus» pour le refroidissement naturel du moteur. Le profil met en relief une ceinture de caisse rehaussée et une nervure latérale prolongée jusqu’aux abords des blocs de feux, eux aussi totalement redessinés et offrant une signature lumineuse inédite. Au final, le look de la Picanto fait preuve de lignes plus audacieuses et d’un surplus de caractère, surtout sur la finition «GT-Line» (photo en couverture), forte d’une allure plus sportive et de quelques éléments personnalisés.

Plus accueillante, mieux équipée
En fait et au-delà du style, cette Kia est plus inédite qu’elle n’en a l’air. L’auto repose sur une toute nouvelle plateforme et profite d’un empattement porté à 2.400 mm (+15 mm). Résultat : la Picanto est un peu plus accueillante que sa devancière, notamment aux places arrière, tandis que son coffre s’est sensiblement accru, passant de 200 à 255 litres pour devenir le plus généreux du segment. La présentation intérieure marque le pas par rapport à l’ancien modèle, avec non seulement une planche de bord inédite et moderne, mais surtout une finition de meilleure qualité et des équipements dernier cri. Parmi eux, citons notamment l’écran tactile de 7’’ qui est compatible avec Apple CarPlay et Android Auto, permettant ainsi d’afficher certaines applications (photo). Connectivité toujours, la Picanto est l’une des rares micro-citadines à pouvoir disposer d’un chargeur sans fil pour smartphone (photo). Sur ses finitions hautes ou en option, il sera même possible de profiter de miroirs de courtoisie éclairés, d’une caméra de recul, du démarrage par bouton, du toit ouvrant ou même du volant et des sièges chauffants.

Petite, mais sans complexe
L’équipement sécuritaire n’est pas en reste, avec comme grandes nouveautés un module de freinage autonome d’urgence en ville (AEB) et un contrôle de stabilité (ESC) ayant comme fonction additionnelle la répartition du couple au freinage. De quoi rassurer plus d’un utilisateur, surtout ceux qui s’aventureront en dehors des villes. À cet effet, le constructeur parle de «véhicule le plus polyvalent de sa catégorie». Nous en avons fait l’expérience par nous-mêmes sur les routes tunisiennes et plus précisément dans les environs de Hammamet. L’occasion de tester le comportement du véhicule dans des conditions de roulages quasi identiques à celles du royaume. Mécaniquement, la Picanto hérite des deux moteurs de sa devancière, mais qui ont tout de même subi des améliorations. Il s’agit du 1.0 litre de 67 ch et du 1.2 l de 84 ch sur lequel s’est porté notre essai qui a, là encore, révélé des améliorations qualitatives. Dans un habitacle plus silencieux, l’auto a fait preuve d’agilité en milieu urbain, de stabilité sur route et de grande maniabilité pour stationner. Bref, le ticket d’entrée de Kia Motors s’est résolument donné les moyens de rester l’un des best-sellers du segment. Au Maroc, il faudra patienter jusqu’au 4e trimestre 2017 pour voir la nouvelle Picanto intégrer le réseau de Kia. Patience donc.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages