A lire aussi

17-10-2017 10:11

Catalogne : Puigdemont fait durer le suspens

Le flou et les échanges épistolaires dominent la crise opposant le président catalan au…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

Arme clé de l’offensive Peugeot dans l’arène des SUV, le nouveau 3008 débarque enfin sur le marché. Dans son panier, un look séduisant, un diesel puissant, une bonne dose de sophistications et une pluie de distinctions. Assurément un lion né pour atteindre des sommets.

Comme les autres constructeurs, Peugeot a de grandes ambitions sur le marché des SUV, segment toujours aussi plébiscité par les Marocains (+23% en 2016). Visant une place sur le podium des top-sellers de véhicules hauts sur pattes, l’importateur de la marque au lion mise sur un trio de choc. Après le 2008 et en attendant le 5008, le nouveau 3008 fait enfin son entrée sur le marché. Un modèle très attendu du fait de toute la bonne médiatisation dont il a profité en amont de son lancement, mais aussi de la vingtaine de récompenses internationales raflées, dont le très prestigieux titre de «Voiture de l’année» 2017 en Europe. Nul n’en doute : si le 3008 a eu droit à autant de lauriers, c’est en bonne partie grâce à son look de séducteur.

Trois griffes sur le dos…
Loin de la silhouette pataude ou tout au moins timide de son prédécesseur, le nouveau 3008 profite d’un design fort et captivant. Cela, même si son faciès donne une impression de déjà-vu, tant il affiche un air de famille avec celui du 2008. À coup sûr, le designer du 3008 était à la fois heureux et inspiré lorsqu’il était en train de le crayonner. Le mélange des lignes tendues, des éléments anguleux et des surfaces nervurées est du plus bel effet. Le profil est encore plus sexy avec sa ceinture de caisse décrochant au niveau du montant de custode à vitrage sombre et lui-même à la géométrie inhabituelle. Idem pour la partie arrière qui déborde d’originalité, avec une lunette inclinée ainsi que des feux intégrés dans un bandeau noir et reprenant la signature lumineuse de Peugeot et ses trois griffes. Il est à noter que dès le premier niveau, le 3008 repose sur des jantes alu’(17’’) et se coiffe de rails de toit en chrome satiné. Sur la version la plus chic (GT Line), l’éclairage est à phares full LED, le toit adopte une couleur distincte et perlée (Black Diamond) tandis que l’accès à bord et l’ouverture du hayon se font mains-libres.

Un cockpit à la page
Dans ce dernier cas, un simple passage du pied sous le pare-choc arrière, mais plip de verrouillage en poche, enclenche l’ouverture motorisée du coffre. Pratique, au même titre que la capacité de chargement, soit un volume de 520 litres. À cela s’ajoute un espace aux jambes suffisant aux places arrière, preuve que le 3008, deuxième du nom, profite pleinement de la croissance de son gabarit qui s’étend sur 4,44 m de long (+ 8 cm) mais c’est aux places avant que l’on pourra mieux constater ce qui révolutionne l’expérience de vie à bord : l’i-Cockpit. Entre un volant plus petit, des compteurs numériques placés en hauteur et des touches à bascule donnant l’accès rapide à sept fonctions…Les futurs conducteurs du 3008 sont promis à quelque chose d’inédit. Question équipement, le 3008 est proposé en 4 finitions dites, Active, Allure, GT Line et GT. La 1re se veut d’emblée complet, offrant la climatisation, l’ESP, le régulateur, les jantes alu’ 17’’, l’écran tactile 8’’ avec connexions USB et Bluetooth, le radar de recul, etc. La 2nde s’enrichit notamment de la clim’ auto bizone, des capteurs de pluie et de luminosité, du système de motricité Advanced Grip Control, de l’aide au démarrage/freinage en pente ainsi que de quelques fonctionnalités à la page comme la connectivité MirrorLink, le GPS et le routeur Wi-Fi. La version GT Line, elle, ajoute les phares full LED, les antibrouillard avant éclairant les virages, l’i-Cockpit, la surveillance des angles morts, le démarrage par bouton ainsi que l’accès à bord et l’ouverture du hayon mains-libres. Identifiable par ses habillages en aluminium brossé, l’exécution GT à l’apanage des sièges avant électriques et de la caméra de recul.

Position haute
Sous le capot, le choix de Sopriam s’est porté sur le 2.0 HDI de 150 ch proposé en transmission manuelle et automatique. Un diesel généreux en couple (370 Nm) et doux à la pompe (4,7 l/100 km en moyenne). C’est d’ailleurs ce choix mécanique qui justifie le positionnement tarifaire du 3008 (dès 284.900 DH), surtout face à son rival direct, le Tiguan de Volkswagen qui connaît un gros succès au Maroc. Enfin, s’il ne se prononce pas réellement sur les prévisions de ventes pour ce modèle, le management marocain de la marque avance cependant des arrivages mensuels de 300 exemplaires, ainsi qu’un stock initial constitué d’environ 1.000 unités. Nous verrons dans les semaines et mois à venir s’il y en aura pour tout le monde.  

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages