A lire aussi

27-03-2017 15:57

Marathon des Sables 2017 : Plus de 1.200 concurrents attendus

52 nationalités seront représentées lors de cette compétition. Huit Marocains sont à suivre de…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

Sur fond de regain de l’activité commerciale et d’innovation tous azimuts, le Salon automobile de Genève a ouvert ses portes au public la semaine dernière. SUV, hybridation et conduite autonome sont les maîtres-mots de cette 87e édition. Une fois de plus, le Groupe Renault a bien garni ses stands sur le plateau suisse.

C’est l’une des grandes séquences que l’on retiendra de cette édition 2017 du Salon de Genève : après une animation chorégraphique savamment orchestrée et mimant un pit stop, une monoplace électrique et une Zoe, plutôt différente de celle que l’on connaît, déboulent sur le stand de Renault. À bord de cette dernière, Gilles Normand, le patron de la gamme électrique du losange s’est fait conduire par Nicolas Prost, pilote de l’écurie Renault e-dams et champion du monde de Formule E. S’engage alors une discussion autour de la citadine électrique, rebaptisée : Zoe e-Sport Concept. «Quelles sont ses performances ?», lance Prost. «Elle passe de 0 à 100 km/h en 3,2 secondes», lui rétorque Normand. «C’est plus rapide que ma Formule E d’une seconde !», s’étonne le fils d’Alain Prost. Les deux hommes poursuivent leur échange sur ce bolide qui développe 460 chevaux et ouvre la voie de nouvelles possibilités dans le domaine de la voiture électrique. Le ton est donné et montre qu’au sein de ce salon, ni Renault, ni les autres constructeurs ne vont relâcher l’électrification, comme solution d’un avenir proche.

Le design d’abord
Une électrification qui passe parfois par l’hybridation des modèles, phénomène en passe d’être généralisé par tous les constructeurs et pas seulement ceux des labels haut de gamme. Après les pionniers japonais (Toyota, Honda, Mitsubishi), puis les premium allemands BMW et Porsche, les marques généralistes (Renault, Peugeot, Volkswagen, Ford) arrivent sur le terrain de l’hybride, tournant qui marquera le marché automobile mondial à l’horizon 2020. En attendant, tous ces constructeurs ont compris l’importance du design, composante devenue le premier critère d’achat d’une voiture. Désormais, plus aucune automobile ne voit le jour sans arborer une signature lumineuse distinctive et une silhouette à même de faire tourner les têtes. Une signature lumineuse, c’est par exemple ce qui fait la principale évolution extérieure qui distingue le Captur restylé, l’une des nouveautés présentées par Renault à Genève. D’un stand à l’autre, les nouveautés dévoilent leurs coups de crayon et les thèmes y afférents. Le marteau de Thor dans les phares du nouveau Volvo XC60, une calandre à maillage en croisillons et des feux arrière en motifs d’écailles pour le DS7 Crossback, un habit de baroudeur pour le break Dacia Logan MCV dans sa version Stepway ou encore l’inoxydable bec d’aigle qui caractérise le regard du Stelvio comme celui de toutes les Alfa.

Du rêve, encore et toujours
Bref, de belles créations, tout aussi attirantes que les créatures qui les entourent. Dans cette 87e édition du printemps genevois, les hôtesses n’ont pas trahi la tradition de ce salon, orienté vers le sport, le luxe et le faste. Entre les deux halls du Palexpo, nous avons pu admirer le travail de raffinement et de précision réalisé sur le Bentayga Mulliner, la version la plus chic et la plus personnalisée du SUV de Bentley. Du côté de Rolls-Royce, le raffinement est également au rendez-vous avec des éditions spéciales sur toute la gamme : Dawn «Inspired by fashion» (série mode), Wraith «Black Badge» (série limitée noire) et Ghost Elegance (avec peinture «Diamond Stardust» intégrant une poudre de diamants). En réponse à la Ferrari 812 Superfast (800 ch), Lamborghini dégaine sa Huracan Performante (V10 de 640 ch), promue au rang de «voiture la plus rapide du monde» avec un 0 à 100 km/h signé en 2,9 secondes ! Parmi les nouveautés sportives, Renault a également créé l’événement sur le stand Alpine en levant (enfin) le voile sur la version définitive de la A110, digne descendante de la «berlinette» d’antan. Un coupé biplace doté d’un moteur central-arrière et conçu selon les meilleurs standards de légèreté et d’aérodynamique afin de ne pas décevoir les millions de fans de cette marque emblématique.

Y a-t-il un pilote à bord ?
Dans le même registre de sportivité, Mercedes a frappé fort avec l’AMG GT Concept, un showcar préfigurant un coupé-berline de 812 ch ! Avec la Panamera en ligne de mire, cette future étoile filante au design sculptural se veut aussi un démonstrateur technologique, avec une motorisation hybride de 800 ch et un module de conduite autonome plus évolué. Même son de cloche du côté d’Audi, avec le Q8 Sport Concept : un SUV basé sur le Q7 et doté d’un moteur hybride rechargeable (pour une puissance totale de 475 ch) ainsi que de plusieurs modes de conduite entièrement autonomes.

La voiture à pilotage automatique est aussi une spécialité pour Nissan, dont on a pu apercevoir un concept doté des dernières trouvailles du programme de conduite autonome, dit «Nissan Intelligent Mobility». Conduite autonome et sportivité font également bon ménage sous la robe sulfureuse du Peugeot Instinct Concept, l’un des plus beaux prototypes du salon. Enfin, la grand-messe helvétique a aussi été la première scène de plusieurs nouveautés, comme la Ford Fiesta 2017, la Seat Ibiza, la Volkswagen Arteon qui préfigure la future CC, les Nissan Micra et Qashqai restylé, la Toyota Yaris facelift, l’Eclipse Cross de Mitsubishi, le Velar de Range Rover, les Opel Insignia et Crossland X ou encore la Porsche 911 GT3. Assurément un grand cru !

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages