A lire aussi

16-08-2018 10:04

Les recherches de survivants continuent dans les décombres

Les recherches sous les décombres du pont effondré, mardi à Gênes, se poursuivaient jeudi à l'aide…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Automobile

L’opération «Volvo Cars Beach Clean Up» s’est invitée à Casablanca et plus précisément sur la plage d’Ain Diab. Une belle initiative à travers laquelle l’importateur de la marque suédoise entend mobiliser les citoyens et éveiller les consciences quant aux dangers de la pollution océanique.

Acteur majeur sur le marché mondial des voitures premium, Volvo Cars a inscrit le développement durable au cœur de sa stratégie. Une approche résolument éthique qui ne se limite pas à la conception des véhicules et leur impact environnemental à l’usage comme en fin de cycle de vie, mais concerne tout ce qui touche de près ou de loin sa vie en entreprise, son image ou même la société civile. C’est dans ce sens que s’inscrivent ses dernières initiatives visant à œuvrer pour la préservation de la nature à l’image de la chasse aux matériaux polluant en général et le plastique en particulier. Ainsi était née l’opération «Volvo Cars Beach Clean Up», la toute première campagne de nettoyage des plages lancée par le constructeur en octobre 2017 sur les sables côtiers d’Alicante (Espagne). Marchant sur les pas de sa maison-mère, l’importateur marocain de la marque suédoise a entrepris une action similaire sur la plage casablancaise de Ain Diab et plus précisément au niveau de sa porte 3 (à côté du KFC).

Coïncidant avec la journée mondiale de l’environnement, le 5 juin, l’opération a été menée en collaboration avec «Action Casa», un collectif citoyen casablancais qui milite pour la propreté, la solidarité et le civisme. Orchestrée par le staff dirigeant de Scandinavian Auto Maroc (SAM), l’opération n’avait pas seulement pour but de nettoyer ladite plage mais bien de fédérer du monde et éveiller les consciences quant à l’importance du respect de l’environnement. Comment ? En s’invitant préalablement sur les réseaux sociaux sous le nom «#BeatPlasticPollution». Près de 100 personnes ont répondu présents à l’appel de SAM, non sans mobiliser leurs proches et notamment leurs propres enfants. Parmi eux figuraient des membres d’Action Casa, mais aussi des journalistes et des collaborateurs dudit importateur.

À commencer par son président, Abdelouahed El Kadiri, qui n’a pas hésité à enfiler des gants et à mettre la main à la patte. S’exprimant à l’occasion, il a notamment déclaré : «le nettoyage des plages est un moyen amusant et facile pour sensibiliser le public quant à la nécessité de protéger la faune locale et préserver l’environnement. Nous invitons toutes nos équipes à y participer avec leurs familles et surtout avec leurs enfants. C’est d’ailleurs de ces derniers que dépendra le futur de notre planète étant donné que ce sont eux qui relayeront, à l’avenir, tous les comportements civiques et respectueux de la nature qu’on leur inculquera aujourd’hui». En fait et comme la marque qu’il représente exclusivement, El Kadiri cherche aussi à conscientiser sur les menaces qui pèsent sur le milieu océanique. «La pollution des océans est l’un des pires fléaux auquel l’humanité doit aujourd’hui apprendre à faire face ; ce fléau menace la faune, les écosystèmes et les communautés côtières, tout en entraînant des pertes économiques substantielles», martèle-t-il dans un communiqué. Dans ce dernier, on apprend aussi que l’opération plage propre d’Alicante a bénéficié de l’appui du programme des Nations Unies pour l’environnement. Le même document de presse révèle d’ailleurs que pas moins de 7.000 pièces de déchets furent collectées à Alicante. Gageons qu’il y en a eu autant à Casablanca, si ce n’est plus. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages