A lire aussi

18-10-2017 12:03

Rallye OiLibya du Maroc : Toyota, Peugeot et Mini sur le podium du pré-Dakar

La 10e édition du Rallye OiLibya du Maroc fut âprement disputée entre une cohorte de pilotes…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Afrique

À elles seules, Attijariwafa bank et la BMCE Bank of Africa ont réalisé des bénéfices de plus de 1,1 MMDH durant le premier semestre 2017 en Afrique. La BCP, pour sa part, se félicite d’une hausse de 10% du PNB de ses filiales africaines.

Les banques marocaines tirent leur épingle du jeu en Afrique. C’est le moins que l’on puisse dire au regard des nouveaux résultats semestriels publiés à fin juin 2017. Durant les six premiers mois de l’année en cours, l’apport des filiales africaines des grands groupes bancaires marocains, installés sur le continent, a une nouvelle fois augmenté. Chez Attijariwafa bank, cette contribution de l’activité Afrique dans le RNPG (résultat net part du groupe) est passée à 27%, au terme du premier semestre dernier, contre 24% à la même période en 2016. L’acquisition à 100% de Barclays bank Egypt, a considérablement renforcé la part des filiales africaines dans les comptes globaux du numéro un bancaire marocain. D’ailleurs, le management d’Attijari note qu’«en cas de consolidation de 6 mois d’Attijariwafa bank Egypt, la contribution de la BDI [Banque de détails à l’international, c'est-à-dire les filiales africaines] aurait été de 31%». En effet, seuls 2 mois d’activités de l’ancienne Barclays bank Egypt ont été pris en compte dans les résultats, soit à partir de début mai dernier, date de finalisation effective de son acquisition. Globalement, et en valeurs absolues, 720 MDH des 2,6 MMDH de bénéfices réalisés au terme du premier semestre 2017 par Attijariwafa bank proviennent d’Afrique. Un véritable motif de satisfaction pour le management de la banque aux couleurs rouge et jaune, qui n’est pas la seule à afficher un large sourire.

442 MDH de bénéfices pour BMCE en Afrique
Chez BMCE Bank of Africa, également, on parle de «performances satisfaisantes». Durant les six premiers mois de 2017, l’Afrique est montée à 34% de son RNPG, soit 442 MDH sur 1,3 MMDH de ses bénéfices semestriels. En plus, le groupe dirigé par Othman Benjelloun se félicite d’une «croissance de 31% du RNPG du groupe BOA, ressortant à 46,3 millions d’euros». Le holding africain de BMCE a aussi réussi une hausse de 4,2% de son produit net bancaire consolidé, qui s’élève à «235,9 millions d’euros à fin juin 2017, contre 226,4 millions à fin juin 2016». À noter au passage, que pour la BMCE Bank of Africa, les activités Afrique incluent également la BDM (Banque de développement du Mali) et la LCB Bank (La Congolaise de Banque au Congo Brazzaville).

Et chez la BCP ?
Enfin, du côté du Groupe BCP (Banque centrale populaire), on est moins prolifique sur l’apport semestriel des filiales africaines. Les chiffres mis en avant font état d’une progression de 10% du produit net bancaire du réseau d’ABI (Atlantic Business International), «tirée notamment par une nette appréciation de son activité d’intermédiation». La BCP indique également que la «collecte des dépôts et la distribution de crédits du réseau des Banques Atlantique évoluent respectivement de 13 et 22% à fin juin 2017 sur une année glissante». En outre, l’acquisition de 69,5% du capital de la Banque nigérienne BIA-Niger par ABI (www.leseco.ma), a permis à la BCP de se hisser au rang de premier groupe bancaire sur le marché nigérien. La «poursuite de l’extension de la filiale Atlantic MicroFinance For Africa (AMIFA) avec une ouverture en Guinée réalisée en juillet» dernier, est inscrite sur le tableau de chasse de la BCP.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages