A lire aussi

20-11-2017 11:28

Presse numérique : Le diktat de la publicité en ligne

Quel modèle économique pour l’entreprise de presse numérique au Maroc ? La question a fait l’objet…
Rejoignez nous sur :

Une délégation marocaine conduite par la secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Mounia Boucetta a effectué une tournée dans quatre pays d’Afrique de l’Est et australe. Objectif: suivre l’évolution des partenariats récents noués avec le Maroc.

La concrétisation des accords et conventions signés entre le Maroc et ses nouveaux partenaires africains est une priorité pour la diplomatie marocaine. La semaine dernière, la secrétaire d’État aux Affaires étrangères, Mounia Boucetta, a ainsi effectué une tournée africaine dans la partie Est et australe du continent. Ces déplacements l’ont conduite, en compagnie d’une délégation incluant le secteur privé marocain, en Éthiopie, au Rwanda, puis en Tanzanie et à Madagascar. L’objectif était de procéder au suivi de l’exécution de la centaine d’accords et conventions bilatéraux signés entre ces pays et le royaume, lors de la toute première tournée royale dans ces régions en 2016. À l’issue de ces visites de Mounia Boucetta, aucun bilan global et précis n’a encore été communiqué. Ce qui est souvent mentionné, c’est le fait que, dans chaque pays visité, les responsables ont salué la démarche marocaine consistant à suivre l’état d’exécution des accords et conventions signés lors des tournées royales.

Comités de suivi
À ce jour donc, il est impossible de dresser un état d’avancement concret. La nouveauté est que dans quasiment chaque pays, il a été convenu, avec la partie marocaine, de mettre en place un «comité de suivi» ou un «groupe de travail» pour veiller à l'évaluation effective des accords conclus. Dans certains cas, des réunions seront tenues tous les trois mois pour faire le point. En Éthiopie et au Rwanda, l’accent a surtout été mis sur le secteur agricole, eu égard au potentiel impressionnant dont disposent ces deux pays dans le domaine. C’est dans ce cadre que la délégation marocaine a effectué une visite dans les locaux du Bureau régional d’OCP à Addis-Abeba, ainsi qu’au centre de formation de classe mondiale dédié au secteur de l’eau et de l’irrigation. Au Rwanda également, la délégation marocaine s’est déplacée sur le terrain «pour s’enquérir de l’état d’avancement des projets lancés entre le Maroc et ce pays d’Afrique de l’Est, dont un projet pharmaceutique, premier du genre réalisé par un groupe industriel marocain au Rwanda», indique le département des Affaires étrangères.

Attentes
Ce même rythme a été maintenu en Tanzanie, mais surtout à Madagascar, où de nombreuses rencontres ont été tenues avec plusieurs départements ministériels. Une visite de terrain dans la ville d’Antsirabé était également au programme pour suivre l’état d’avancement des projets convenus lors de la visite royale dans ce pays en octobre 2016. Par ailleurs, les responsables malgaches, notamment la ministre des Affaires étrangères, Béatrice Atallah, ont rappelé que leur priorité porte sur le secteur des énergies renouvelables, l’agriculture et agro-industrie et le tourisme. «Il y a néanmoins certains domaines qu’il faut prioriser parce qu’ils sont stratégiques pour l’économie malgache, dans lesquels le Maroc dispose d'expériences avancées qui pourraient profiter à Madagascar», a-t-elle souligné.


Le secteur privé en avance ?

Le secteur privé marocain n’a pas perdu de temps pour entrer en action au lendemain de la signature de conventions dans les pays d’Afrique de l’Est et australe. C’est ainsi que dans plusieurs de ces pays se sont déjà concrétisés -ou sont en cours de concrétisation- les deals qui impliquent les entreprises marocaines. Dans le secteur bancaire par exemple, les négociations sont en phase finale au Rwanda pour l’acquisition de la Bank of Kigali et de la Cogebanque par, respectivement, la BCP et Attijariwafa bank. Dans l’immobilier et la pharmaceutique, les chantiers sont en cours au pays des mille collines. Idem en Tanzanie où la BMCE Bank of Africa se félicitait, depuis plusieurs mois déjà, d’avoir dégagé les financements nécessaires aux projets qui la concernaient. En Éthiopie, OCP s’active sur plusieurs fronts, tandis qu’à Madagascar, la réalisation du canal des Pangalanes a aussi été au centre de plusieurs rencontres entre responsables malgaches et Marchica Med.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

Les dossiers des ÉCO

0
Partages
0
Partages