A lire aussi

19-07-2017 10:39

Empreinte environnementale des produits : L’UE sensibilise le Maroc

L’Union européenne entend mettre en place son système d’empreinte environnementale des produits…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Afrique

Le Maroc a été fortement représenté au 1er Salon international de l’artisanat de Dakar (15-20 mai) avec la participation d’une trentaine d’exposants, qui ont saisi cette rencontre pour faire la promotion des produits artisanaux du royaume.

Le stand du Maroc au Salon international de l’artisanat de Dakar (SIAD) a été l’un des points d’attraction des visiteurs. C’est un arsenal d’ornements esthétiques aux couleurs marocaines qui a été déployé pour décorer le stand fait de chapiteaux. Le sol est aussi décoré avec de jolies moquettes et des tapis rouges. Les entrées et sorties de quelques visiteurs donnent un peu d’animation à l’endroit. Les exposants marocains, une trentaine, rivalisent de créativités. Certains exposent des produits finis, d’autres, par contre, font la fabrication dans des ateliers de fortune installés à l’occasion dudit salon. Ces artisans évoluent notamment dans la poterie, le textile, la décoration, les cosmétiques issus de l’argan, le cuir…

Nouer des contacts
Salah Zegzouti, propriétaire de l’entreprise «L’art du bois» est l’un des exposants ayant fait le déplacement à Dakar. Cet artisan originaire de Marrakech fabrique ses produits à partir du bois mort. Il n’oubliera pas de sitôt son premier voyage-découverte dans la capitale sénégalaise. «Ce salon est d’une grande importance. J’en ai profité pour faire de nouvelles connaissances, nouer des contacts avec d’autres artisans. Ce sont de belles rencontres durant lesquelles nous avons échangé des expériences et de bonnes pratiques dans le métier du bois», se réjouit S. Zegzouti. Ses produits exposés sont composés essentiellement d’objets d’art, de boîtes à bijoux, de matériel de cuisine en bois. Addib Lhoucine, un autre artisan marocain, expose sur des étagères de belles chaussures en cuir fabriquées manuellement. Comme beaucoup de ses collègues, il apprécie le grand intérêt des visiteurs pour les produits marocains, même s’ils ne se bousculent pas, pour le moment, dans les stands. «C’est un grand plaisir pour moi d’avoir participé à ce salon qui présente beaucoup d’opportunités pour les exposants», soutient Lhoucine. Il espère écouler ses produits avant la fin de la foire. Une de ses voisines, sous le sceau de l’anonymat relève pour sa part le manque de rush des clients acheteurs. «Certes, il y a beaucoup de visiteurs qui passent juste pour regarder les produits, mais rares sont ceux qui achètent. Nous pensons que la situation va changer dans les prochains jours», nous explique-t-elle, lors de notre passage au SIAD, mercredi 17 mai. Elle se félicite néanmoins du choix des initiateurs du salon de faire du Maroc l’invité d’honneur de ce SIAD.

Une vitrine pour l’art marocain
Des exposants sénégalais magnifient aussi la participation remarquable du royaume à ce salon. «Le Maroc a une grande expérience dans le domaine de l’artisanat et ce salon est une opportunité pour découvrir des produits artisanaux marocains dans toute leur diversité», se félicite Habibou Dieng, propriétaire d’une bijouterie.  


Mahammad Boun Abdallah Dionne
Premier ministre du Sénégal

Le Salon international de l’artisanat de Dakar (SIAD) s’inscrit dans l’ambition du chef de l’État du Sénégal de faire de l’artisanat un moteur de la croissance durable et inclusive. Cette option du gouvernement est fondée sur le haut potentiel de l’artisanat en termes de création d’emplois. L’artisanat est un facteur essentiel de valorisation de nos ressources locales d’où sa contribution significative à la lutte contre la pauvreté».

Jamila El Moussalli
Secrétaire d’État chargée de     l’artisanat (Maroc)

Le SIAD constitue le lieu le plus propice d’échanges et de partenariat entre les différents pays de la sous-région. Il est aussi un cadre de la promotion des relations fortes et solides entre le Maroc et le Sénégal. La délégation marocaine est venue à Dakar avec un échantillon de différentes facettes de l’artisanat, avec les valeurs culturelles et de la civilisation du royaume».

Mbagnick Diop
Président du groupe Promo consulting, maître d’œuvre du salon

Pendant la journée dédiée au Maroc, il y a eu des signatures d’accords entre l’Agence en charge de la promotion de l’artisanat du Sénégal et son homologue marocain. Beaucoup de partenariats vont se nouer durant ce salon».


L’artisanat, niche d’emplois au Sénégal

L’artisanat constitue l’un des secteurs sur lesquels l’État du Sénégal compte s’appuyer pour la création d’emplois. Pour ce faire, le gouvernement a mis l’accent sur la formation de 10.000 jeunes à travers le pays pour un apprentissage rénové, la facilitation de l’accès au financement avec des conditions souples (sans apport et sans taux d’intérêt). L’État a également mis en place une ligne de crédit d’un milliard de FCFA (1,5 million d’euros) et a installé huit centres pilotes d’artisanat d’art sur les sites touristiques et trois centres d’exposition et de commercialisation de produits artisanaux. Mieux, les entreprises artisanales peuvent désormais accéder à la commande publique. L’État leur réserve 15% des marchés dans la fourniture du mobilier national.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages