A lire aussi

28-03-2017 11:00

Transparence budgétaire et fiscale : Oxfam renforce son programme

L’organisation lance un programme de renforcement de capacité des citoyens à poursuivre les budgets…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Afrique

La visite royale historique en Zambie a été l’occasion pour les gouvernements et les secteurs privés des deux pays de jeter les bases d’une coopération économiques «gagnant-gagnant». 19 accords gouvernementaux et de partenariat économique ont été signés, lundi 20 février, à Lusaka.

C’est une visite historique qui ouvre la voie aux échanges économiques. C’est ainsi qu’il faudra comprendre le séjour du roi Mohammed VI et de sa délégation en Zambie. 19 accords gouvernementaux et de partenariat économique ont été signés ce lundi 20 février dans la capitale zambienne entre les deux parties. En plus des accords bilatéraux portant sur les secteurs de la coopération économique, de la formation, et de la promotion des investissements, Rabat et Lusaka ont également signé un accord sur les services aériens. Ce dernier devrait ouvrir la voie au lancement de vols commerciaux entre le Maroc et ce lointain pays d’Afrique australe anglophone. On retiendra aussi les mémorandums d’entente conclus entre les deux délégations, dont ceux portant sur la coopération industrielle et sur le secteur agricole. Le développement des projets d’énergies renouvelables, des infrastructures et du secteur financier n’a pas non plus été en reste.

Banques, assurances
Quant au secteur privé, seuls les grands établissements bancaires et les opérateurs des assurances ont pu nouer des partenariats à Lusaka. C’est ainsi qu’Attijariwafa bank et la Banque centrale populaire ont, chacune, conclu un partenariat avec Zambia National Commercial Bank. Dans les assurances, il faut citer l’accord de coopération technique entre la Fédération marocaine des sociétés d’assurance et de réassurance et l’Association des assureurs en Zambie. Pour sa part, la Mutuelle agricole marocaine d’assurances (MAMDA) a signé une convention de coopération pour le développement d’une assurance des récoltes en Zambie, en partenariat avec Zambia State Insurance Corporation. Enfin, MAMDA-Re et la Société zambienne de réassurance, à responsabilité limitée, ont, pour leur part, conclu un mémorandum d’entente pour développer leur partenariat.

Et sur le Sahara ?
Avant la signature de ces accords, les deux chefs d’État s’étaient entretenus. Aucune information n’a filtré sur le contenu de leurs échanges, mais tous s’attendent à ce que la Zambie clarifie sa position sur le dossier du Sahara. Cela, d’autant plus que Lusaka a multiplié, ces derniers temps, les postures contradictoires sur cette question, en déclarant tantôt retirer sa reconnaissance à la RASD avant de faire volte-face au gré des circonstances. 


Edgar Lungu
Président de la Zambie

Les relations entre la Zambie et le Maroc seront renforcées pour passer au niveau d’une coopération bilatérale solide au service des intérêts des peuples des deux pays. Rabat et Lusaka partent pour le raffermissement de leur partenariat d’une base solide, reposant sur des relations cordiales et de forts liens d’amitié, de respect et de coopération.

Harry Kalaba
Ministre zambien des affaires étrangères

Cette visite est historique dans la mesure où elle intervient au lendemain du retour du Royaume du Maroc au sein de l’Union Africaine. C’est un grand honneur pour nous et nous espérons que cette visite qui contribuera au renforcement des relations entre nos deux pays amis».

Miriem Bensalah Chaqroun
Présidente de la CGEM

Nous avons la responsabilité de développer nos pays et notre continent et nous devons le faire main dans la main. Notre objectif est de faire des investissements industriels, de créer des joint-ventures, de créer des emplois locaux et de partager la richesse».


8,5 millions de dollars d'échanges en 2016

Les échanges entre Rabat et Lusaka, ne se sont chiffrés en 2016 qu’à 8,5 millions de dollars. D’ailleurs, lors du Forum d’affaires, tenu entre les opérateurs économiques marocains et zambiens, samedi 18 février à Lusaka, il a été constaté que ce niveau des échanges est encore en deçà du potentiel existant. Le ministre zambien des Finances, Félix Mutati, a ainsi indiqué que son pays était ouvert aux investisseurs marocains qui peuvent bénéficier du climat des affaires qui règne dans le pays et des opportunités dont il dispose en matière agricole, touristique et industrielle. Le ministre zambien a également indiqué que son pays a beaucoup à apprendre du Maroc, notamment son expérience de développement du secteur du tourisme, soulignant aussi que le royaume dispose d'un capital humain important et d'un savoir-faire «adapté aux besoins de la plupart des pays africains».

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages