A lire aussi

20-09-2017 14:38

Volvo XC60 : Le best-seller fait peau neuve

Scandinavian Auto Maroc, importateur de la marque Volvo Cars lance la nouvelle génération de son…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO / Afrique

C’est un évènement qui restera longtemps gravé dans les annales de l’histoire africaine. Le retour du royaume du Maroc au sein de la famille continentale, acté solennellement le 31 janvier 2017, après trois décennies de rupture institutionnelle, marque la consécration d’une volonté affiché au plus haut sommet de l’État marocain, de participer ensemble avec les autres pays du continent au développement et à l’émergence de l’Afrique. L’enthousiasme affiché suite à  l’adhésion du Maroc à l’Union africaine (UA), 33 ans après avoir quitté pour des raisons  légitimes la défunte Organisation de l’unité africaine (OUA), traduit à lui seul le fait que l’Afrique a manqué au Maroc et autant le Maroc a manqué à l’Afrique. Comme l’ont exprimé plusieurs chefs d’État africains, ce retour du royaume dans le giron continental, n’est que «la correction d’une anomalie». Un sentiment largement partagé au delà du continent à l’heure où l’intégration continentale fait, plus que jamais, l’unanimité comme un des leviers stratégiques pour que l’Afrique puisse enfin prendre en charge ses propres défis et se greffer à la dynamique mondiale contemporaine. En soutenant massivement le retour du Maroc dans la famille continentale, les chefs d’État africains ont ainsi voulu témoigner leur reconnaissance à ce pays frère qui a été de tout temps à leur côté surtout au moment où ils en avaient le plus besoin, notamment en temps de crise humanitaire.

Initiatives pour l’Afrique
À l’heure où le Maroc réintègre la famille continentale, la dynamique d’expansion marocaine en Afrique surfe sur de nouvelles opportunités. Il s’agit d’investir de nouveaux créneaux stratégiques comme la sécurité alimentaire et le développement des infrastructures en particulier dans le secteur des énergies renouvelables. Plusieurs initiatives ont été lancées dans ce sens par le Maroc comme le gazoduc Atlantique ou l’Initiative «Triple A» pour l’adaptation de l’agriculture africaine. C’est aussi dans ce sens que, fort de son potentiel en phosphates et engrais, le Maroc compte mettre ses ressources au développement de l’agriculture africaine avec notamment l’installation des unités de production de fertilisants au Gabon, en Éthiopie et au Nigéria, ainsi que des points de ventes dans plusieurs pays à travers la nouvelle filiale africaine de l’OCP.

Le Maroc a aussi fait de la COP22,  tenue en novembre dernier à Marrakech, une occasion pour l’Afrique de faire entendre sa voix à travers notamment un sommet africain du climat. D’autant plus que  le royaume a  tous les atouts pour apporter son expérience de développement Sud-Sud et enrichir ses racines africaines.  

 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages