A lire aussi

25-09-2017 15:23

Fès : nouveau rebondissement dans l’affaire de «l’imposition non-équitable» de la TNB

Sur demande de l’Instance nationale de l’évaluation de la gouvernance locale et la lutte contre la…
Rejoignez nous sur :
Les Cahiers des ÉCO

Le coup d’envoi de la 6e édition a été officiellement donné la semaine dernière. Les candidats pouvant être des organisations, des institutions et des individus seuls ou en groupe ont jusqu’au 30 novembre prochain pour déposer leurs projets auprès du Secrétariat du Grand prix mondial Hassan II pour l´eau. Le gagnant recevra un prix de 100.000 dollars américains (environ 1 MDH). Les détails.

Le 20 juillet dernier, le gouvernement marocain et le Conseil mondial de l´eau ont procédé au lancement officiel de la 6e édition du Grand prix mondial Hassan II pour l´eau, l’une des plus prestigieuses distinctions mondiales dans le secteur de l´eau, qui récompense l´excellence dans «la coopération et la solidarité dans les domaines de la gestion et du développement des ressources en eau». Comme pour chaque édition, ledit prix sera décerné lors de la cérémonie d´ouverture de la 8e édition du Forum mondial de l´eau, prévue du 13 au 23 mars 2018, à Brasilia.

À cette occasion, le gagnant recevra un prix de 100.000 dollars américains (environ 1 MDH). Peuvent notamment participer à ce concours les organisations, les institutions ainsi que les individus seuls ou en groupe. Seule condition exigée : les candidatures sont conditionnées à des recommandations. En effet, le Comité d’organisation exige que les candidats au prix soient recommandés par au moins deux personnes et/ou organisations ayant une connaissance approfondie des qualités et accomplissements de leur candidat en relation avec le thème du prix. À propos dudit thème, il faut savoir que cette année encore, les organisateurs de l’événement ont tenu à rester en cohérence avec celui choisi par les Nations Unies : «l’eau et l’énergie». Par conséquent, le champ d´action qu’ils ont choisi pour 2018 est d’«oeuvrer pour plus de solidarité et d’inclusion afin d’assurer la sécurité hydrique et la justice climatique». L´engagement pour l´eau peut ainsi être scientifique, économique, technique, environnemental, social, institutionnel, culturel ou politique. Les candidats ont près de quatre mois et demi pour déposer leurs innovations auprès du Secrétariat du Grand prix mondial Hassan II pour l´eau. En effet, la date limite de dépôt des dossiers de candidature est fixée au 30 novembre prochain. En attendant, il faut signaler que le jury de la 6e édition du Grand prix mondial Hassan II pour l´eau, qui sera présidée par Charafat Afilal, ministre déléguée auprès du ministre de l'Énergie, des mines, de l'eau et de l'environnement, chargée de l'eau, est déjà constitué (Voir encadré). Signalons aussi que ce prix honore le souvenir de sa majesté le roi Hassan II et sa vision stratégique en matière de protection et de gestion durable des ressources en eau.

Depuis sa création en 2003, à l'occasion du 3e Forum mondial de l'eau, un comité permanent composé de représentants du royaume du Maroc et des membres du Conseil mondial de l'eau supervise l'organisation et la promotion internationale dudit prix qui a été déjà décerné à cinq lauréats (Voir encadré). La protection des ressources en eau est une priorité nationale pour le Maroc. Déjà, bien avant les objectifs du millénaire pour le développement et l'approche du développement durable, le royaume a notamment élaboré sa politique de barrages et de réservoirs visant à sécuriser l'approvisionnement en eau du pays et à contribuer à sa sécurité alimentaire et à son développement économique et social. Depuis, le royaume développe des politiques intégrées de gestion des ressources en eau et met en oeuvre des technologies innovantes et alternatives. Du coup, le Maroc est aujourd’hui sur le point de surmonter ses défis liés à la pénurie d'eau, à l'augmentation de la demande et à la protection de l'environnement.

Dans ce domaine, le Maroc a d’ailleurs développé des efforts de coopération Nord-Sud et plus récemment Sud-Sud, notamment pour offrir son expertise et son expérience et rapprocher les partenaires de la mobilisation des ressources en eau, de l'efficacité de l'eau (système d'irrigation goutte à goutte) et du développement de technologies alternatives (dessalement de l'eau de mer, réutilisation des eaux usées traitées ...). S'appuyant sur ses réalisations politiques et sa portée internationale, le royaume a eu le privilège d'accueillir le tout premier Forum mondial de l'eau en 1997 à Marrakech. Depuis, il a participé à toutes les éditions suivantes du forum, maintenant considéré comme le plus grand événement sur l´eau au monde, rassemblant la communauté internationale.

En effet, le Forum mondial de l´eau, qui est organisé tous les trois ans, est l'événement le plus important au monde sur les questions liées à l'eau. Il regroupe des représentants de la communauté internationale dont les universités, les instituts de recherche, les entreprises, les associations professionnelles, les gouvernements, les organisations intergouvernementales, les ONG, les élus, les législateurs ainsi que les représentants de divers secteurs fortement liés à l’eau tels que l'agriculture, l'alimentation et l'énergie. Le thème de la 8e édition du Forum mondial de l'eau, prévue du 13 au 23 mars 2018 à Brasilia, porte sur le partage de l'eau. Sa tenue sera l'aboutissement de deux années de travail collaboratif impliquant des parties prenantes du monde entier. L’année prochaine, le Forum sera composé de cinq espaces : un espace thématique, un espace dédié aux politiques et régionaux, un Forum des citoyens et une nouveauté : un groupe de discussion sur la durabilité. 


 Composition du jury  

♦ Charafat Afilal, ministre déléguée auprès du ministre de l'Énergie, des mines, de l'eau et de l'environnement, chargée de l'eau - présidente du jury
♦Assia Bensalah Alaoui, ambassadeur itinérant du roi Mohammed VI du Maroc et coprésidente de l’Office de coopération économique pour la Méditerranée et l’Orient (OCEMO)
♦Mohamed Ait Kadi, président du Conseil général du développement agricole
♦Hassan Lamrani, expert international sur les sujets de l’eau, de l’assainissement et de l’irrigation
♦ Abdeslam Ziyad, directeur de la recherche et de la planification de l'eau
♦ Abdoulaye Sene, président du Comité préparatoire de l'organisation du 9e Forum mondial de l'eau «Dakar 2021»
♦Fadi Comair, président d’honneur du Réseau méditerranéen des organismes de bassin ; Commission UNESCO-PHI sur l'eau et les établissements humains
♦ Diane d'Arras, présidente de l'International Water Association (IWA)
♦ Akiça Bahri, professeur à l'Institut national agronomique de Tunisie (INAT)


Les lauréats des cinq précédentes éditions

2015
Abdou Maman Kane
Abdou Maman, directeur de Tech Innov Niger, a reçu le grand Prix mondial Hassan II pour son système d'irrigation à distance intégré et innovant. Grâce à un dispositif technologique combinant des téléphones mobiles et des panneaux solaires, qui permet aux agriculteurs de contrôler à distance l'irrigation de leurs cultures, l'entrepreneur social Abdou Maman fournit une solution concrète aux problèmes liés à la nourriture, à l'énergie et à l'eau. La solution permet aux agriculteurs d´économiser du temps et de l´énergie, d'élargir la superficie irriguée, d'accroître leur production et leurs revenus et de rationaliser la gestion de l'eau d'irrigation.

 2012
L'Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS)
 L´OSS est une organisation internationale indépendante basée à Tunis. Il a été fondé en 1992 pour améliorer les systèmes d'alerte précoce et de surveillance de l'agriculture. L´OSS a accordé une importance particulière aux aquifères des grands bassins partagés et à la mise en oeuvre du cadre de partenariat Nord-Sud-Sud afin de renforcer la lutte contre la désertification et de réduire l'impact des sécheresses. L´Observatoire a développé une approche régionale innovante basée sur la notion de
«sensibilisation au bassin» pour la gestion des ressources en eau partagée par ses pays membres.

2009
Abdulatif Youssef Al-Hamad
Directeur général du Fonds arabe pour le développement économique et social, Youssef Al-Hamad a été récompensé pour ses contributions remarquables à l'avancement de la coopération et de la solidarité dans les domaines du développement et de la gestion des ressources en eau.

2006
Torkil Jønch Clausen
 Alors directeur du développement et directeur général-adjoint de DHI Water and Environment (Danemark), Jønch Clausen a été récompensé pour ses contributions remarquables à l'avancement de la gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) à l'échelle mondiale. Il est également l'un des fondateurs du Global Water Partnership et le gouverneur du Conseil mondial de l'eau.

 2003
Jerson Kelman et Mahmoud Abu-Zeid
 Le président directeur de l'Agencia Nacional de Aguas (ANA) du Brésil et le ministre des Ressources en eau et de l'irrigation d'Égypte ont été récompensés pour leurs importantes réalisations liées à l'eau et leurs contributions à l'amélioration de la gestion des ressources en eau.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages