Loin du club qui faisait rêver ses supporters, l’AC Milan aura peut-être une chance de rejouer, sous son nouveau patron, dans la cour des grands. 

«C’est un «nouveau chapitre qui s’ouvre pour l'AC Milan», annonce le fonds américain Elliott, qui contrôle désormais le club des Rossonero. Elliott se réjouit du challenge consistant à exploiter le potentiel du club et à le faire revenir au panthéon des clubs européens de football de premier rang auquel il appartient, par la voix de son fondateur et PDG, Paul Singer. Comment? «En créant de la stabilité financière, en établissant un management solide, en se concentrant sur les fondamentaux, en s'assurant que le club est bien capitalisé et surtout, en menant un modèle opérationnel durable qui respecte les régulations du fair-play financier de l'UEFA», mentionne dans son communiqué le fonds américain.

Elliott prend le contrôle du club car l'investisseur chinois Li Yonghong n'a pas honoré une dette arrivée à échéance (32 millions d'euros) envers le fonds américain qui lui avait prêté cette somme pour le rachat du club. Cela dit, le fonds injectera 50 millions d'euros en capitaux propres pour stabiliser les finances du club, prévoyant par la même occasion de nouvelles injections de capital dans le temps.

À la recherche de son glorieux passé (18 titres nationaux et 7 Ligues des champions), l'AC Milan, qui a dépensé quelque 200 millions d'euros pour recruter des joueurs l'été dernier, a terminé à une décevante place (6e) du championnat d'Italie, remporté par la Juventus Turin. De plus, le club rossonero s'est retrouvé dans le collimateur de l'UEFA au sujet du fair-play financier.

L'AC Milan a ainsi été exclu fin juin de la prochaine Europa League, à laquelle il s'était qualifié, pour violation des règles du fair-play financier, décision contre laquelle le club lombard a fait appel auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS), instance suprême en matière de justice sportive.

Face à cette situation, Elliott souligne «le challenge et la responsabilité que la propriété de cette grande institution représente». Et d’ajouter: «Nous sommes heureux non seulement de soutenir le club dans ce moment difficile, mais aussi du challenge de réaliser des objectifs ambitieux pour le futur avec le succès sur le terrain de l'entraîneur Gattuso et de ses joueurs».

Propriété de l'ancien chef de gouvernement italien Silvio Berlusconi, le prestigieux club avait été officiellement racheté le 13 avril 2017 pour 740 millions d'euros par des investisseurs chinois menés par le mystérieux Li Yonghong.

 

 

Vidéothèque

Vidéothèque

0
Partages
0
Partages