A lire aussi

02-12-2019 18:45

Le président du PSG entendu en Suisse pour corruption

Résultat de recherche d'images pour "PSG leseco.ma"
Le président du Paris Saint Germain, Nasser Al-Khelaïfi, a été entendu lundi par les procureurs…
Rejoignez nous sur :
Finances

Forts d’une bonne dynamique commerciale, les principaux indicateurs financiers de BMCE Bank of Africa se sont inscrits en nette hausse sur une année. Ceci, malgré la baisse des collectes de dépôts qui affecte l’ensemble du secteur bancaire.

«Le groupe bancaire confirme globalement, les objectifs assignés, puisqu’il a renoué avec la croissance», affirme Othman Benjelloun, le président directeur général de BMCE Bank of Africa lors de la présentation des résultats semestriels. Pratiquement, le même discours a été repris par les nombreux directeurs délégués du groupe insistants sur la résilience du groupe face à une conjoncture peu favorable. Le total bilan consolidé s’affiche ainsi en hausse de 5% à 310 MMDH, en lien avec cette reprise de la progression. «Nous avons été amené à ralentir nos activités commerciales en 2018, là nous avons repris notre rythme grâce entre autres aux fonds propres renforcés durant cette année», explique Driss Benjelloun, directeur délégué en charge du pôle finances groupe.

Ce qui a permis de dégager un PNB consolidé de plus de 7 MMDH en progression de 7,4% et ce, malgré la modeste performance de la collecte des dépôts et l’octroi de crédits. Une tendance qui a marqué pratiquement l’ensemble des groupes bancaires. Par ailleurs, le résultat d’exploitation a connu une forte progression de 13,5% pour dépasser les 3 MMDH grâce à une meilleure optimisation des charges. Le coût du risque, quant à lui, s’est élevé de 34% en lien avec la contreperformance de certaines entités africaines (Mali et Sénégal essentiellement) «qui pâtissent d’une concentration des engagements» souligne le top management. Il en ressort un résultat net part du groupe de plus de 1,17 MMDH en hausse de 4% par rapport à un an auparavant, «soit l’une des meilleures performances de la place», souligne Driss Benjelloun.

A noter que cette année, la contribution de l’Afrique a baissé (-7%) au profit de celle des filiales européennes (+51%).

Au niveau social, la banque qui fête son 60e anniversaire et compte plus de 731 points de vente s’affiche en bonne forme. Le produit net bancaire ressort à 3,4 MMDH, soit une amélioration de 5,3%. Le résultat d’exploitation s’est bonifié, lui, de 15% grâce à une politique de restructuration et maitrise des charges générales d’exploitation menées durant ces deux dernières années. A cela s’ajoute, «l’activité de marché et la performance du réseau en termes de collecte de dépôts», souligne le top management. Le résultat brut d’expiation s’accélère du coup au terme de ce premier semestre de 15,5% à 1,22 MMDH.

Le coût du risque s’est accentué par contre de 29% en raison « du repli de la reprise sur provision et de la baisse de régime de la filière recouvrement», affirme Brahim Benjelloun Touimi, administrateur directeur général exécutif du groupe BMCE Bank of Africa. Au final, le résultat net a bouclé le premier semestre de 5,4% à 1,05 MMDH. «Ce qui nous a permis de stabiliser notre part de marché par rapport à l’année dernière. Nous allons reprendre nos part de marché d’ici cette fin d’année», explique Driss Benjelloun.


Changement de nom, pas dans l’immédiat

Annoncé pour le mois de septembre, le changement de dénomination sociale du groupe bancaire devrait connaître un léger décalage. BMCE Bank of Africa devait, en effet, troquée son nom avec Bank of Africa, cela est sans compter la procédure de transformation qui devra être appliquée à l’ensemble du réseau bancaire. «Un changement de marque est un processus extrêmement important dans la vie d’une entreprise qui couvre un ensemble de pays. C’est aussi un alignement qui doit se faire pour toutes les filières», explique Brahim Benjelloun Touimi. Le changement de nom fait partie des grandes transformations du groupe et qui intègrent entre autres l’entrée dans le capital du fonds Britannique Souverain “Commonwealth Development Corporation” (CDC Group). L’opération devra se faire suite à une augmentation de capital réservée d’un montant de près de 2 MMDH et devrait se concrétiser très prochainement. «Cette opération a d’ores et déjà obtenu l’approbation, à l’unanimité, de l’Assemblée Générale Extraordinaire des actionnaires tenue le 4 septembre dernier, et le Visa de l’Autorité des Marchés est escompté au cours de la première quinzaine d’octobre», souligne Othman Benjelloun. D’ailleurs, le PDG s’est félicité du succès des opérations de renforcement des Fonds Propres annoncées il y a six mois déjà et qui comprend l’augmentation de capital par apport en numéraire et conversion de dividendes en actions. Celle-ci a donné lieu à une levée de plus de 1,7 MMDH.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages