A lire aussi

16-08-2019 13:00

Sidi Rahal: trois mineurs arrêtés pour détention d’arme à feu

Une image dans les réseaux sociaux a alerté les services de sécurités. Trois mineurs ont été arrêté…
Rejoignez nous sur :
Finances

Marsa Maroc continue à renforcer son positionnement stratégique à travers une diversification de ses activités, et l’ambition affichée de s’internationaliser. Couplés avec des résultats au beau fixe, ces éléments attirent de plus en plus d’investisseurs sur le titre. Détails.

«Marsa Maroc, une valeur qui combine à la fois rendement et croissance», avait souligné CFG Research dans la dernière note de recherche (26 février 2019). Pour la banque d’affaires qui recommande le titre à l’achat avec un cours cible de 210 DH (l’action a clôturé la séance du vendredi 12 Avril à 181 DH), Marsa Maroc présente un potentiel de croissance attractif couplé à un rendement supérieur à la moyenne du marché. Ces perspectives positives seraient portées principalement par des gains supplémentaires de part de marché sur le segment conteneurs (Gateway), la poursuite de la hausse des volumes de vrac solides et par le lancement de l’activité transbordement au port «Tanger Med 2» en 2020.

Les analystes de CFG Research tablait en 2018 sur une croissance de 6% des volumes manutentionnes des conteneurs profitant des nouvelles capacités du Tc3 au port de Casablanca, dans un contexte marqué par la saturation des installations de l’unique concurrent sur ce segment. Aussi, «Marsa Maroc devrait afficher une progression de 8% en 2018 et de 16% en 2019 des volumes de vrac solides en lien avec la croissance que devraient enregistrer les importations de charbon au port de Nador (ouverture de l’extension de la centrale thermique de Jerada)», estimait CFG Research. La hausse des volumes de vracs solides a été certes au rendez-vous pour les raisons précités mais a été limitée à 3,9% par le recul du trafic de céréales suite à la bonne récolte nationale.

Le trafic de conteneurs a également progressé de 11,4% à 927 KEVP à fin 2018, grâce à l’ouverture d’une ligne régulière par des nouveaux clients armateurs entre l’Europe du Nord et l’Asie via le port de Casablanca. Le port emblématique de Casablanca (69% du trafi c conteneurs) a connu en effet une amélioration de son trafic de près de 14% pendant l’année 2018 grâce à l’ouverture d’une nouvelle ligne commerciale par des armateurs chinois (CoscoShipping, Evergreen, YangMing) avec 2 escales hebdomadaires. Ce qui porte le trafic global traité par le groupe Marsa Maroc et ses filiales à 36,47 MT en hausse de 1,1% par rapport à 2017. Compte tenu de ces éléments, le résultat d’exploitation du groupe a augmenté de 8,3% à 824 MDH, en ligne avec l’évolution de 7,6% du chiffre d’affaires. L’EBE de son côté a par ailleurs marqué une hausse de 9,3% avec une stabilisation de la marge brute à 45% témoignant de la maitrise des charges d’exploitation.  Les bénéfices s’inscrivent par contre en repli de 7,3% à 556 MDH.

Selon le management, cette baisse s’explique par la prise en compte en 2017 d’un résultat non courant exceptionnel de 115 MDH. Retraité des éléments exceptionnels de 2017, le résultat net serait en augmentation de 13% en 2018. Un niveau de bénéfices qui n’empêchera pas le directoire de proposer à l’AGO la distribution d’un dividende de 9,3 DH/action correspondant à un montant total de 683 MDH. Ce qui représente un payout de près de 141%. POur rappel, Marsa Maroc avait distribué l’année dernière un dividende de 10,7 DH, dont 2,7 DH de dividende exceptionnel. Le titre présente ainsi un profil défensif, avec un dividendyield de 5,1%. CFG Research tablait sur un DY 2018e de 4,4% et un DY 2019e de 4,8%.


Fatma Charfi
Analyste chez Alpha Mena

Marsa Maroc poursuit son rallye amorcé depuis le début de l’année. Le titre a engrangé des gains de plus de 10,4%, surperformant son secteur couvert par AlphaMena ainsi que le MASI de respectivement 6,7% et 13,4%. L’opérateur portuaire marocain a pu rassurer ses actionnaires en délivrant des résultats globalement solides malgré un contexte international incertain. L’exploitant des ports a manutentionné 927 KEVP, résultant en une part de marché de 66% contre 62% une année auparavant. Cette progression est principalement due à l’ouverture de la nouvelle ligne régulière entre l’Europe du Nord et l’Asie via le port de Casablanca. D’ailleurs, nous tablons sur une croissance des revenus de 10% en 2020 au vu de l’entrée en exploitation du terminal à conteneurs 3 de l’extension du port Tanger Med. En outre, l’accord de JV récemment conclu avec les sociétés Eurogate International GmbH et Contship Italia S.p.A, pour l’entrée dans le capital de la fi liale de Marsa Maroc (détenue à 100%), Marsa International Tangier Terminals S.A (MINTT), pourrait être un catalyseur de croissance des bénéfices. L’exploitant portuaire Marocain a tenté à maintes reprises de se lancer dans une aventure à l’international, notamment en Afrique, sauf que pour le moment, ces tentatives ont toutes échoué tel que le cas de Ghana. La compagnie n’a pas renoncé, et continue à participer à un appel d’offres au Cameroun pour l’exploitation du port de Kribi. L’obtention d’une concession sur le continent sera sans doute une bonne nouvelle pour Marsa Maroc. Notre valorisation tient compte du bon positionnement de Marsa Maroc dans les ports marocains ainsi que de ses ambitions internationales (marché africain). Dans un contexte de taux faibles au Maroc, le dividende proposé par Marsa Maroc de 9,3 DH/action demeure attractif, avec un rendement en dividende de 5,56% en 2018 contre 2,73% pour ses comparables. En outre, ce rendement est soutenable même pour les deux années à venir.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages