A lire aussi

07-12-2019 23:44

Alsa City Bus : Les raisons du débrayage à Rabat-Salé-Témara

Les autobus de la société Alsa-City, délégataire du transport urbain dans l'agglomération de…
Rejoignez nous sur :
Finances

Une OPA très attendue mais les résultats semblent avoir refroidi la place. L’opération a connu une faible participation. Le marché boucle le mois sur un retrait cependant d'après certains professionnels de la place, l’ensemble du secteur devrait connaître un avenir prometteur sur les cinq prochaines années. Détails.

C'est un début d’année peu probant pour l’action Saham Assurance surtout après les résultats de l’Offre publique d’achat obligatoire portant sur les actions de Saham Assurance à l’initiative de Sanlam Emerging Markets Ireland, Saham Finances, Saham SA et Saham Finances Participations. Ainsi, 231 apporteurs de titres ont participé à cette OPA. Pour rappel, 20% du capital de l’assureur sont concernés par l’offre. Le montant maximum de l’opération avoisine 1,2 MMDH. Sur les 823.844 titres visés par l’OPA, seuls 133.527 titres ont été présentés, soit 3,24% du capital. Or les professionnels de la place s’attendaient à une performance beaucoup plus convaincante et qui pourrait in fine dynamiser le marché des actions. En effet, le Masi a bouclé le premier mois de l’année sur un retrait de 0,12% et un volume famélique de 1,85 MMDH. Un an auparavant, plus de 3,1 MMDH s’échangeaient sur la place boursière de Casablanca. En 2017, le volume des transactions culminait à 7,2 MMDH. «Une situation qui pourrait impacter négativement le résultat financier des assureurs», remarquent certains analystes de la place. Pourtant le groupe s’attend à enregistrer des produits financiers en hausse moyenne de 5,9% entre 2018-2020 à 585 MDH en 2020. «Saham Assurance prévoit d’améliorer la performance financière de son portefeuille à travers une allocation dynamique et une gestion active», pouvait-on lire dans la dernière note d’information du groupe au titre de l’OPA. Par ailleurs, le résultat net annuel de Saham Assurance devrait également être grevé de 60 MDH. Le groupe fait, en effet, l’objet d’un contrôle fiscal au titre de l’impôt sur les sociétés (IS), l’impôt sur le revenu (IR) et la TVA portant sur les exercices de 2016 et de 2017.

Ainsi, le résultat net à fin décembre 2018 sera impacté par cette charge exceptionnelle par rapport au budget annoncé. Le groupe tablait sur un résultat net qui devrait progresser en moyenne de 2,3% sur la période prévisionnelle à 508 MDH en 2020 sous l’effet de l’augmentation du résultat avant impôts vie et non vie de 30,8% et 5,3% respectivement et la baisse du résultat non technique de 41,8% sur la période 2018-2020.

De son côté, l’équipe de BMCE Capital Research semble confiante quant à l’avenir du secteur. «Le marché des assurances est bien orienté», souligne la banque d’affaires. Une analyse qui se base sur les derniers chiffres de l’ACAPS. Le taux de croissance annuel prévisionnel du chiffre d’affaires sectoriel devrait côtoyer les 7 et 9% au cours des 5 prochaines années. Il faut dire que le secteur est en plein mouvement et que les efforts fournis pour le dynamiser davantage palpables, notamment à travers la mise en place de plusieurs leviers d’amélioration afin de remédier à la hausse de la fréquence de la sinistralité automobile. La mise en place d’un nouveau contrat-programme devant générer un CA compris entre 70 et 80 MMDH d’ici 2023 ou encore les réflexions menées par l’ACAPS sur le déploiement d’une stratégie devant accompagner les opérateurs et leur permettre d’entrer dans l’ère du digital dans un contexte marqué par l’avènement de nouveaux acteurs tels que les Fintech. Les analystes attirent cependant l’attention sur un manque de visibilité concernant l’évolution future des sinistres automobiles. 


Ala Badr
Analyste chez Alpha Mena

Le marché marocain semble avoir mal accueilli la montée du sud-africain dans le capital de Saham Assurance et surtout le prix d'acquisition où les attentes étaient nettement supérieures. En outre, pour ce début d'année, les actionnaires de Saham Assurance n'ont pas été épargnés par cette vague de notifications fiscales (impact sur les comptes 2018). Saham a récemment annoncé que suite à un accord fiscal, le résultat net annuel sera négativement impacté par 60 MDH. Pour ce premier mois de 2019, le titre Saham Assurance a perdu plus de 10%. D'un point de vue fondamental, nous pensons que Saham recèle du potentiel calculé selon notre modèle à 26,4%. Le titre est moins cher par rapport à ses comparables couverts par Alpha Mena (assureurs tunisiens et marocains) puisqu'il se paie 9x ses bénéfices 2019 alors que le secteur se traite à 12,5x. Les dirigeants de Saham devraient penser à augmenter leur pay-out et ils ont de la marge de manœuvre avec un taux de distribution qui a rarement dépassé les 50%. La dégradation de la sinistralité est un facteur de risque et la croissance n'est pas également le principal attrait de Saham (croissance des revenus 2019-2020 à 1 seul chiffre selon nos prévisions). Le véritable attrait de Saham Assurance est sans aucun doute ses niveaux de valorisation bas qui pourraient constituer un point d'entrée attractif pour jouer le plan de développement envisagé par le nouvel actionnaire. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages