A lire aussi

13-11-2018 12:02

Wydad. René Girard Out?

Le wydad écarte son entraineur. Un mois et demi après la signature de son contrat, Girard serait…
Rejoignez nous sur :
Finances

L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a publié, hier, son deuxième rapport annuel, présenté au chef de gouvernement, le 2 novembre 2018.  Elle y donne un aperçu sur l’évolution du marché des capitaux et la situation financière de tous ses intervenants.

L’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) vient de publier son rapport annuel au terme de l’exercice 2017. L’autorité y développe son plan stratégique 2017-2020 qui vise à renforcer la confiance dans le marché des capitaux et y présente son bilan pour y renforcer les capacités de l'ensemble des opérateurs/acteurs et des épargnants. L’établissement y donne également un aperçu sur sa situation financière ainsi que celle des principaux intervenants du marché des capitaux. En somme, l’année 2017 semble se placer sous le signe de la croissance pour le marché des capitaux, malgré le faible recours des émetteurs à l’appel public à l’épargne...

Sociétés de Bourse
Les sociétés de bourse ont réalisé, en 2017, un chiffre d’affaires total de 245 MDH enregistrant ainsi une hausse de 20% par rapport à 2016. Cette hausse a contribué à la réalisation d’un résultat d’exploitation positif pour 12 sociétés de bourse sur 17, inversant ainsi la tendance de 2016. La ventilation du chiffre d’affaires met en évidence une prépondérance de l’activité d’intermédiation, qui, à elle seule, génère 84% du chiffre d’affaires global. Le reste est réparti entre le placement et la garde des titres, la gestion de portefeuille ou encore le conseil en opérations financières. Sur les 17 sociétés de bourses recensées sur le marché, ce sont les 11 sociétés filiales de banques qui détiennent la part du lion. Celles-ci réalisent, en effet, 81% de parts de marché contre 19% attribuable aux 6 sociétés de bourse filiales de groupes financiers non bancaires. Côté bénéfices, l’ensemble des sociétés de Bourse ont enregistré un résultat net de près de 51 MDH contre 330 MDH en 2016, une année marquée par la réception de dividendes exceptionnels dans le cadre du processus de démutualisation de la Bourse de Casablanca.

Teneurs de comptes
À fin 2017, le stock global des instruments financiers conservés a avoisiné 1.749 MMDH, en hausse de 8% par rapport à l’année 2016. La part des banques reste prédominante et représente 94% des avoirs. Par ailleurs, avec un total de 136.028, le nombre de comptes titres a connu un repli de 4% comparativement à l’année 2016, principalement en lien avec le recul du nombre de comptes détenus par la catégorie des personnes physiques résidentes qui concentre à elle seule 84% du nombre total de comptes titres ouverts.

Sociétés de gestion des OPCVM
Le chiffre d’affaires consolidé de ces sociétés de gestion a enregistré une hausse de 13,82% en 2017 pour s’établir à plus de 1,281 MMDH contre 1,126 MMDH en 2016. Le résultat net consolidé a suivi la même tendance haussière en enregistrant une progression de 5,22%. Il passe ainsi de 412 MDH en 2016 à 434 MDH en 2017. Les fonds propres engagés par l’ensemble des sociétés de gestion d’OPCVM dépassent les 685 MDH en progression de 8,71% par rapport à 2016. Il faut dire qu’en 2017, l’actif net moyen des OPCVM a atteint 387,35 MMDH contre 349,36 MMDH en 2016, enregistrant ainsi une progression annuelle de 10,87%. Le nombre de fonds OPCVM est passé de 425 en 2016 à 432 à fin 2017. Malgré le rapprochement en 2016 entre le Crédit Agricole du Maroc et la société de bourse M.S.IN, le nombre de sociétés de gestion d’OPCVM est resté stable à 17 sociétés en 2017. Contrairement aux sociétés de bourse qui connaissent une certaine déperdition de leurs effectifs, les sociétés de gestion d’OPCVM ont de leur côté connu une progression en termes de personnel à fin 2017 et comptent désormais un total de 281 employés, dont 80 gérants, contre 268 en 2016, dont 74 gérants. Sachant qu’en 2017, plus de 50% des sociétés de gestion d’OPCVM ont connu des changements organisationnels importants (changement de dirigeants ou de membres de l’organe de gouvernance).


Situation financière de l’AMMC en 2017

Les produits d’exploitation ont évolué de seulement 3% à fin 2017 pour atteindre 118 MDH. Une performance portée essentiellement par les commissions sur actif net d’OPCVM qui ont maintenu leur tendance haussière pour s’établir à 95 MDH, soit une hausse de 10% par rapport à l’exercice 2016. Contrairement aux commissions sur les opérations financières qui ont baissé de 56% à 6,6 MDH contre 15 MDH en 2016 et ceci en raison du faible recours des émetteurs à l’appel public à l’épargne (4 opérations en 2017 contre 8 en 2016). Par ailleurs, l’accroissement du volume de transactions traité à la Bourse de Casablanca au titre de l’exercice 2017 s’est traduit par une appréciation de 25% du montant de la taxe parafiscale. Le marché central de la Bourse de Casablanca a totalisé pas moins de 39 MMDH en 2017 contre 32 MMDH en 2016. Du côté des produits financiers, ceux-ci ont connu une baisse de 31% à 5,3 MDH, du fait de la baisse des taux de rendements des placements de l’AMMC. En effet, l’année 2017 a été marquée par l’entrée en vigueur de la disposition de loi relative à l’AMMC donnant à la Trésorerie générale du royaume l’exclusivité des placements de l’AMMC. Sous l’effet des provisions pour risques constituées et de l’augmentation de certains postes de charges, le résultat net au titre de l’exercice 2017 s’est réduit d’une année à l’autre de 10 MDH pour se limiter à 34 MDH à fin 2017.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages