A lire aussi

15-10-2018 11:07

Tanger organise sa 1re Bourse régionale du tourisme

Pour cette première édition, près de 200 opérateurs parmi lesquels des voyagistes et Tours…
Rejoignez nous sur :
Finances
Abdessamad Issami, président du directoire d’Umnia Bank (droite) et Adnane El Gueddari, DG d’Umnia Bank

Un an après son lancement, Umnia Bank enregistre un bilan très satisfaisant et affiche un total bilan de près de 1 MMDH, avec 524 MDH de financements et des dépôts de 288 MDH générant un PNB de 5 MDH sur le premier semestre 2018.

Umina Bank, filiale participative de CIH Bank, vient de boucler une année d’activité. L’occasion pour l’établissement de revenir les principaux faits marquants et de dresser un premier bilan. Ainsi, la banque aux 20 agences a réalisé au terme du premier semestre, un total bilan de 994 MDH, avec 524 MDH de financements et des dépôts de 288 MDH. Ce qui a permis de générer au final un PNB de 5 MDH. «C’est un premier semestre très satisfaisant», commente Adnane El Gueddari, DG d’Umnia Bank.

Pour le top management, cette dynamique se poursuit à travers d’importants investissements   de près de 300 MDH. Ce qui a permis à Umnia Bank de développer son offre en s’appuyant sur un réseau de 150 collaborateurs jouissant d’une formation adéquate et  d’une certification en finance participative. Aujourd’hui, «la première banque participative créée dans  le royaume», selon le management, couvre pas moins de 15 villes au Maroc. La banque se réjouit d’ailleurs d’avoir recruté une clientèle de qualité. La banque compte 144 clients à fin juin, contre 50.000 pour l’ensemble du système financier participatif. En espérant en attirer davantage avec le programme d’extension du réseau actuel qui devra compter 30 agences à terme. «Nous sommes dans notre rôle d’inclusion financière, puisque 9 clients sur 10 ayant présenté leur dossier de financement n’ont jamais été endettés», souligne Abdessamad Issami, président du directoire d’Umnia Bank.

Le reste concerne les crédits auto à taux zéro ou les crédits consommations. Le montant moyen par financement se limite à 500.000 DH. Aussi, le management précise que depuis le lancement de cette nouvelle industrie, un dossier sur 10 du financement immobilier passe par une banque participative. Ce qui rejoint les derniers chiffres révélés par Bank Al Mahgrib qui souligne un encours de 2,2 MMDH de Mourabaha Immobilier à fin juillet 2018. «Ce qui ramène les statistiques à 1 dossier sur 7 dédié à la mourabha immobilier», commente El Gueddari. «Cela démontre que la demande était bel et bien présente dès le démarrage de cette activité», renchérit Issami.

Tout comme sa maison mère, Umnia mise beaucoup sur le digital. Elle dispose actuellement de deux offres, dont un site immobilier en ligne (www.murabaha-umniabank.ma), qui permet aux clients d’obtenir un accord de principe immédiat sur leurs demandes de financement, ainsi qu’une application dédiée aux MRE, «Ulink», qui leur permettra d'ouvrir des comptes en ligne à distance et d'y transférer de l'argent. Quant au sukuk, le top management souligne que c’est un moyen de placement qui devra permettre aux banques de palier au manque de liquidités. «Ces dernières ont financé plus qu’elles n’ont collectées», remarque Issami. Pour lui, cet instrument financier reste une aubaine pour l’économie du royaume puisqu’il permettra d’attirer de nouveaux types d’investisseurs. Ceci étant, leurs coûts de structuration pourraient être plus chers que les obligations classiques. Pour rappel, l’Etat prévoit de lever pas moins d’1 MMDH en sukuk ce vendredi 5 octobre.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages