A lire aussi

15-10-2018 12:12

Abdellah Jrid. “Il faut relever le défi de la diversification de nos marchés”

Abdellah Jrid. Président de l'Association des producteurs d'agrumes du Maroc (Aspam) L’Association…
Rejoignez nous sur :
Finances

Le producteur national d’électricité a fait preuve de résilience au niveau de ses fondamentaux au terme du premier semestre 2018. Il affiche également une situation bilancielle confortable, marquée par une trésorerie excédentaire. Le niveau d’endettement, quant à lui, s’est nettement réduit depuis 2014.

Le producteur national d’électricité a réussi à maintenir pratiquement l’ensemble de ses indicateurs à la hausse. «Et ceci grâce à un business model solide et durable qui repose sur une excellence industrielle confirmée», avait déclaré Abdelmajid Iraqui Houssaini, président du directoire de Taqa Morocco lors de la présentation des résultats, mardi dernier. Le groupe est d’ailleurs, classé dans le quartile supérieur mondial des centrales thermiques en matière de performances industrielles (disponibilité, maintenance et coût de production), selon une étude comparative internationale de 52 centrales thermiques de taille équivalente à travers le monde. Le groupe concentre ses efforts sur le maintien des coûts de production à des niveaux compétitifs, à sécuriser la stratégie d’approvisionnement en charbon, à asseoir une certaine expertise dans les métiers de l’énergie, à respecter la gestion prédictive de la maintenance ou encore garantir une forte disponibilité et une fiabilité de l’ensemble des unités. Le taux de disponibilité des unités 1 à 4 est passé, de ce fait, de 90,9% l’année dernière à 95,2% cette année. Celui des unités 5 et 6 a également atteint 95,2% contre 82,5% en juin 2017. Il en ressort un taux de disponibilité global de 93,4% au terme de ce premier semestre 2018.

Au final, Taqa Morocco dégage un chiffre d’affaires consolidé de 4,17 MMDH, en hausse de 2% par rapport à juin 2017. Une croissance tirée par la bonne performance de l’ensemble des unités 1 à 6 et ceci même en tenant compte du plan de maintenance. Les revenus du groupe ont également été impactés par la hausse de 7% des frais d’énergie due à l’évolution du prix d’achat du charbon sur le marché international couplée à la dépréciation de 6% du dollar par rapport au dirham enregistré au terme de ce premier semestre. Cet effet a été atténué par l’impact positif de la poursuite de l’optimisation des coûts d’exploitation et de maintenance pour faire ressortir un taux de marge opérationnelle qui s’établit à 31,5%, contre 33%. Le résultat financier s’est ainsi amélioré de 11,9% suite à l’effort de remboursement de la dette sur la période et de l’optimisation du placement des excédents de trésorerie. Le niveau d’endettement s’est en effet nettement réduit depuis 2014. Il est passé de 12,8 MMDH à environ 10,1 MMDH. Le gearing s'établit à 54% en amélioration par rapport à 2017.

Le groupe fait preuve également d’une bonne résilience au niveau de ses fondamentaux. Il affiche une structure bilancielle solide avec des fonds propres qui s’élèvent à 5,86 MMDH et un besoin en fonds de roulement maîtrisé. De son côté, le résultat d’exploitation consolidé s’est établi à 1,31 MMDH en léger recul de 2% comparativement à juin 2017. Le résultat net part du groupe ressort ainsi en progression de 1,3% par rapport à l’année dernière à 543 MDH.

On peut, donc, dire que les résultats du premier semestre 2018 pour Taqa Morocco s’inscrivent, dans l’ensemble, dans la continuité des résultats de 2017. Par ailleurs, et en termes de perspectives, l’opérateur compte sur la stratégie énergétique du pays en soumissionnant à tous les appels d’offres lancés par l’ONEE. Une ambition qui reste confortée par une situation bilancielle confortable, marquée par une trésorerie excédentaire de près de 2,7 MMDH, à fin juin 2018. 


Salma Kharbachi
Analyste chez Alpha Mena

Un potentiel de 4,7 %

Récemment, nous avons choisi d’appliquer une décote reflétant un contexte général difficile de la place casablancaise vu l’inquiétude des investisseurs vis-à-vis l’évolution du climat économique général ainsi que l’impact du contexte politico-social. Néanmoins, Taqa Morocco affiche un potentiel de 4,7% à 898 DH, reflétant sa position importante dans le secteur de la production d’énergie électrique au Maroc, sa bonne performance opérationnelle et sa résilience grâce à sa politique de distribution de dividende attrayante (avec un rendement de dividende de 5,13% contre 4,81% pour l’Univers marocain couvert par AlphaMena). Aux cours actuels, le producteur d’électricité se négocie à 9,38x VE/EBITDA vs. 10,3x pour ses comparables. En ligne avec nos prévisions, les résultats mitigés du premier semestre de 2018 de Taqa Morocco s’explique par la bonne performance opérationnelle de l’ensemble des Unités 1 à 6, par l’augmentation des frais d’énergie consécutive à l’évolution du prix d’achat du charbon sur le marché international et par la dépréciation du dollar par rapport au dirham enregistré au premier semestre.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages