A lire aussi

16-11-2018 10:31

Lo Celso restera sûrement à Betis

Auteur d'un excellent début de saison au Betis Séville, Giovani Lo Celso semble plus que jamais…
Rejoignez nous sur :
Finances

Tous les regards étaient tournés vers Managem, après le profit warning publié par son bras argentifère SMI. Le groupe a toutefois réussi à stabiliser son chiffre d’affaires autour de 2,5 MMDH. Le résultat net part du groupe a, quant à lui, bénéficié d’éléments exceptionnels (opération Pumpi) pour enregistrer un bond de 151% à 231 MDH.

Managem s’en sort plutôt bien au terme du premier semestre 2018. Le chiffre d’affaires s’est maintenu autour de 2,5 MMDH, et ce grâce à la forte contribution des activités cuivre et cobalt, qui représentent 54% du chiffre d’affaires consolidé. Ces activités viennent compenser le repli de la production de la filiale SMI. Il faut dire que le cuivre a vu son cours augmenter depuis le début de l’année 2018 pour atteindre un pic de 7,34 dollars/kg au cours du mois de juin, soit son plus haut niveau au quatre ans et demi. Le cobalt a également connu une flambée de ses cours depuis le début de l’année et a pu atteindre des sommets au mois de mars (95.000 dollars/tonne).

À ce stade, l'excédent brut d'exploitation du groupe a reculé de 2% à 879 MDH. Une baisse qui, selon le management, a pu être contenue à travers, justement, la confirmation des bons fondamentaux de l’activité cuivre et le renforcement de la production globale de cobalt et de zinc. D’ailleurs, dans le cadre de sa vision stratégique à horizon 2020, Managem avait prévu de se renforcer sur le cobalt notamment.

À terme, le groupe minier souhaite produire 8 tonnes de cobalt, soit 250.000 onces tonnes par an. Et ce, en plus de consolider sa présence dans d’autres matériaux comme le zinc. «Portées par des cours de métaux en forte hausse, ces trois activités ont vu leur contribution globale augmenter de 23 points pour atteindre 85% de l’EBE consolidé», commente le management. La croissance est au rendez-vous, côté résultats opérationnels. Le résultat d’exploitation a progressé de 11% à 394 MDH. Il a été, par ailleurs, retraité de l'opération Pumpi. 

Le groupe avait en effet conclu en 2017 un partenariat de 970 MDH avec Wanbao Mining afin de développer son projet minier en République démocratique du Congo. Le RNPG du groupe, retraité de la plus-value de cession de l’opération Pumpi, ressort quant à lui à 231 MDH, en progression de 151% par rapport aux bénéfices du premier semestre 2017. Sans cet élément exceptionnel, le RNPG du groupe minier aurait régressé de plus de 63%. Niveau endettement, Managem enregistre une baisse de 30%. Quant au résultat financier, celui-ci a évolué de 40%. Au final, le premier semestre de Managem a été riche en réalisations.

Le groupe indique notamment la finalisation de l’étude de faisabilité du projet Or TRI-K en Guinée qui confirme la certification de plus de 1 million d’onces d’or de réserves, le lancement d’un projet d’extension de l’atelier de production de la cathode de cobalt pour augmenter la capacité de traitement de 20%, la poursuite des travaux de construction d’une nouvelle usine au Soudan avec l’objectif de doubler la capacité de production actuelle à fin 2018, le démarrage des travaux de génie civil pour la construction d’une nouvelle ligne industrielle pour le traitement des résidus argentifères de SMI, le démarrage de la mine polymétallique Koudlat Aicha avec un objectif de 120K TTV/an et, enfin, l'avancement des travaux d’exploitation et de l’étude de faisabilité du projet de cuivre de Tizert au Maroc. Outre le développement à l’international, Managem note que le second semestre 2018 sera aussi marqué par une avancée significative dans la stratégie or du groupe à travers la finalisation de l’accord de partenariat avec AVOCET Mining (conclu en 2016), sur le projet TRI-K permettant d’augmenter sa participation à 70% dans la joint-venture. 


SMI déficitaire

Comme annoncé dans son profit warning, SMI a enregistré un chiffre d’affaires en repli de 42% à 344 MDH, impacté par le recul de 41% de la teneur moyenne traitée, accentuée par le repli des cours d'argent et l'effet de change de -7%. Ces impacts négatifs ont été partiellement atténués par la hausse de 12% des tonnages traités. L’excédent brut d’exploitation et le résultat d'exploitation baissent respectivement de 211 MDH et de 233 MDH, conséquences du recul important du chiffre d'affaires et de la hausse du cash cost. Le résultat financier enregistre une hausse de 21 MDH grâce à l'impact positif des opérations de couverture de change. Au final, la filiale argentifère du groupe Managem boucle le premier semestre sur un déficit de 102 MDH (contre un bénéfice de 95 MDH à la même période de l’exercice précédent). Contrairement à sa maison-mère, SMI dispose d’un niveau d’endettement nul. Sur la base de cette situation financière solide, le minier entend «aborder le deuxième semestre avec détermination en poursuivant ses efforts d'augmentation de la production et de maîtrise des charges, tout en maintenant ses investissements en exploration».

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages