A lire aussi

13-08-2018 10:33

El Malki représente le roi à la cérémonie d'investiture du nouveau président

Le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, représentera le roi Mohammed VI,…
Rejoignez nous sur :
Finances

L’École nationale de commerce et de gestion Fès (ENCG-F) a organisé les 4 et 5 mai un colloque international sous le thème «Finance, inclusion et durabilité en Afrique».
 
Initiée en partenariat avec le laboratoire de recherche en entrepreneuriat et management des organisations (LABEMO) et l’équipe de recherche et d’études en finance (EREF), cette rencontre ambitionne d'examiner les actions et les mesures à entreprendre pour que la finance soit à même d’assurer la transition vers l’inclusion et la durabilité en Afrique. 

Pour ce faire, plusieurs axes ont été abordés lors de ces deux jours dont «les défis économiques, sociaux et environnementaux de la finance inclusive», «les coûts liés à la gestion des enjeux sociaux et environnementaux», «les partenariats public-privé en faveur de la durabilité et de l’inclusion», 
«l’avenir des modèles entrepreneuriaux inclusifs en Afrique», «les pratiques durables face aux changements climatiques» et «les micromarchés financiers et la mobilisation des ressources en faveur de l’inclusion et de la durabilité».

Lors de son discours inaugural, le directeur par intérim de l’ENCG-F a souligné que «la Finance inclusive favorise le développement harmonieux des territoires et le développement durable de l’économie dans ses dimensions sociales et solidaires». 

«Un meilleur accès aux services financiers permet à plusieurs couches de la population de surmonter les contraintes rigides des transactions menées exclusivement en espèces, de pouvoir épargner et de recevoir des microcrédits pour investir dans l’éducation ou la création d’entreprises», a expliqué Abdellatif Eddakir, chercheur-universitaire s’exprimant à la séance d’ouverture de ce colloque international. 

«La promotion de l’inclusion financière est tributaire de l’identification des obstacles entravant l’accès aux services financiers aussi bien pour les ménages que pour les petites et moyennes entreprises», a-t-il indiqué tout en faisant état du développement des services financiers de proximité à la faveur de la prolifération des institutions de la microfinance.

Le continent africain qui a connu une évolution importante ces dernières années avec des taux de croissance de 7 à 8% pour certains pays continue de faire face à des défis majeurs, a-t-il poursuivi, notant que les économies africaines sont peu diversifiées et dépendent excessivement des exportations de matières premières, ce qui les rendent vulnérables aux chocs macroéconomiques.

Une telle situation engendre de nombreuses conséquences dont la faiblesse du niveau d’inclusion financière, a dit Abdellatig Eddakir, précisant que «ce bas niveau limite la contribution d’une grande partie de la population à l’activité économique et restreint l’accès des petites et moyennes entreprises au crédit nécessaire à leur développement et parfois à leur pérennité».

Cette situation favorise la prolifération du secteur informel, a-t-il averti, faisant observer que le dynamisme d’un secteur financier ouvert et accessible contribue à améliorer les perspectives économiques et sociales des pays.

De son côté, l’enseignant-chercheur Mimoun Benali a indiqué qu'«Aujourd’hui, on assiste à une sorte de mutation dans le rôle de la finance et plus encore à une certaine conscience de plus en plus affichée quant à la chose financière inclusive, durable et équitable», ajoutant que la finance inclusive «fait la part belle aux valeurs morales et éthiques de l’économie solidaire et à la durabilité économique».

Selon lui, «lorsque l’inclusion financière est associée à la durabilité, la finance se voit naturellement attribuer un rôle social de premier plan et une tâche de pérennisation des acquis économiques et écologiques dans un monde marchand où le profit l’emporte sur les considérations sociales et éthiques».

De leur part, le directeur du laboratoire de recherche en entrepreneuriat et management des organisations (LABEMO), Aziz Hmioui, et le chef de département gestion et finance, Abdelahmid El Bouhadi, se sont attardés sur les formes et la portée de l’exclusion et de l’inclusion financière au Maroc tout en mettant l’accent sur les mécanismes dédiés à la facilitation de l’accès des services financiers aux citoyens africains.
 
 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages