A lire aussi

19-06-2018 15:12

Cigarette électronique.. vous avez dit « Vaping friendly » ?

En marge du Global forum on nicotine, tenu à Varsovie en fin de semaine dernière, les résultats…
Rejoignez nous sur :
GCAM Engagés pour une digitalisation pour tous
Finances

Organisée dans le cadre du Digital African Tour 2018, en partenariat avec l’APEBI, la Fédération marocaine des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring, la 2e édition du Mpay Forum Africa se tiendra le jeudi 3 mai à Casablanca. Cette édition va s’articuler autour du thème : Digitalisation des moyens de paiement, quelle stratégie adopter ?


Le Mpay Forum se veut un creuset de réflexion sur les nouvelles technologies de paiement, de banque et leur impact social et sociétal sur la population. Cette édition réunira les principaux acteurs du secteur bancaire, des télécoms, des postes et du numérique pour débattre sur les enjeux du paiement en Afrique et promouvoir les meilleures pratiques.

L’environnement des paiements en Afrique et dans le monde traverse un bouleversement sans précédent. L’apparition de nombreux moyens de paiement (physique et surtout virtuel) combinant à la fois le mobile (paiement et banking), les crypto-monnaies (monnaies virtuelles privées) et en particulier le Bitcoin, il est important de faire une analyse approfondie de ce nouvel environnement afin de faire des prospectives et s’interroger sur les enjeux de ces nouveaux instruments pour l’Afrique, font savoir les organisateurs dans un communiqué.

«Les entreprises (petites comme grandes), les consommateurs et l’administration voient arriver cette révolution à une grande vitesse. Pour y faire face, elles doivent s’y préparer rapidement en adoptant une stratégie et des mécanismes pour éviter de subir les conséquences. Ne pas agir pourrait impacter négativement leur business», prévient Mohamadou Diallo, membre du Comité d’organisation du Mpay Forum.

Aujourd’hui, 80% des transactions se font en cash au Maroc, cela coûte cher à l’État et aux particuliers. De plus, cela ne garantit pas la transparence et participe à alimenter le secteur informel. Il s’agira de mener des réflexions poussées sur la manière d’accélérer ce mode de paiement au Maroc et en Afrique. Par ailleurs, aborder la question du Mpaiement ne devrait en aucun cas occulter la question du Mbanking en Afrique. Plus de 50% des 270 offres de «mobile banking» commercialisées dans le monde se trouvent en Afrique et sur les 134 millions de comptes actifs répertoriés en 2015, 84 millions sont en Afrique subsaharienne, a noté le communiqué.

«Au Maroc, le taux de bancarisation est de 64% alors que le taux de pénétration du parc mobile est de 130%. Mais malgré ces chiffres et les avancées constatées sur la digitalisation des opérations, 12,7 millions de cartes de paiement, 17,8 millions d’internautes, la majorité des transactions sont réalisées en espèces et les paiements par chèques, cartes, virements ou prélèvements bancaires restent à des niveaux faibles, avec 4 à 5 transactions annuelles par habitant», fait remarquer Saloua Karkri-Belkziz, présidente de l’APEBI, ajoutant qu’à l’opposé, «au Kenya, qui a lancé une plateforme en 2007, 60% des Kenyans utilisent aujourd’hui le système et réalisent 67% du volume des transactions». Il est important de promouvoir les échanges de bonnes pratiques et aller s’inspirer des initiatives internationales comme au Kenya, en Côte d’Ivoire ou encore en France dans la perspective de faire émerger des idées innovantes et des orientations à même de donner à l’expérience marocaine une dynamique positive et les conditions d’un succès régional.

L’édition 2018 du Mpay forum tentera de répondre à une série de problématiques liées notamment à l’identification des nouveaux acteurs, l’impact de la transformation de l’environnement des paiements de l’inclusion financière, les champs d’application notamment avec les innovations apportées par les Fintech. Comment généraliser/démocratiser et sécuriser le paiement mobile face à la résistance des secteurs traditionnels. Pour les banques, il s’agira de répondre à la problématique de la gestion urgente d’une transformation digitale de leurs métiers indispensable à leur survie tout en alliant agilité, adaptabilité et performance, conclut le communiqué.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages