A lire aussi

24-04-2018 10:28

Facebook promet une « procédure d'appel » quand il supprime des « posts »

Critiqué pour être parfois trop zélé dans la suppression de photos, vidéos ou textes qu'il juge…
Rejoignez nous sur :
Finances

Contre 100 MDH, la Banque Centrale Populaire vient d’acquérir plus de 16% du capital du réassureur Mamda Re.

Partenaire de longue date du groupe MAMDA-MCMA, la Banque Centrale Populaire franchit un nouveau pas. Selon une source proche du dossier, la banque a acquis plus de 16% du capital de Mamda Re, compagnie de réassurance filiale de MAMDA. Pour l’achat de cette participation, la banque a déboursé 100 MDH. Grâce à cette acquisition, la banque élargit son champ d’activité, dans les métiers de l’assurance, à celui de réassurance. Il faut rappeler qu’avant la création de la captive Attamine Chaabi en 2014, la Banque Centrale Populaire commercialisait directement, depuis 2010, les produits d’épargne retraite de MCMA.

Après la création de la mutuelle Attamine Chaabi, MCMA est toujours active à travers la gestion opérationnelle de ladite mutuelle. Afin d’élargir le panel de ses activités, la banque a décroché, courant 2016 auprès de l’ACAPS, l’agrément de l’entreprise d’assurances et de réassurance «Mutuelle Attamine Chaabi» (MAC) pour pratiquer les opérations d’assurance maladie-maternité. La même année, Chaabi Assistance décroche à son tour un agrément de l’ACAPS afin de spécialiser dans les affaires marocaines, suite à l’obtention du statut CFC par sa société mère «Maroc Assistance Internationale», elle-même filiale de la Banque Centrale Populaire.

Cet investissement de la banque au cheval dans MAMDA Re n’est que le premier acte d’un partenariat stratégique et opérationnel plus large. Il y a lieu donc de souligner que la banque continue d’élargir ses domaines d’intervention dans le secteur des assurances en étant ainsi présente dans l’assistance, l’assurance-vie, le courtage (avec Upline Courtage) et désormais dans la réassurance spécialisée dans l’agriculture. Pour compléter sa palette, il ne manque aujourd'hui à la banque que l’assurance non-vie, sujet de négociations avec l’autorité pour pouvoir distribuer ses produits via le réseau bancaire, jusqu’à présent impossible selon la réglementation en vigueur. 

CAM SIAM

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages