A lire aussi

16-01-2018 10:02

Le Parlement veut redorer son blason

Depuis la promulgation de la Constitution de 2011, le Parlement peine visiblement à assurer…
Rejoignez nous sur :
Finances

Après 4 mois de gestation, l’AMMC a déclaré recevable l’offre publique d’achat obligatoire initiée par la famille Sefrioui sur les titres de Med Paper. 1.080.141 actions sont concernées par l’offre qui les valorise à 23,78 MDH, soit 22 DH par action.

Enfin ! Le projet d’offre publique d’achat obligatoire est déclaré recevable par l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC). Après tant d’attente, une issue se profile à l’horizon pour les petits porteurs actionnaires de Med Paper. Le marché a dû, en effet, attendre 4 mois avant de voir l’annonce de la recevabilité de l’offre par l’AMMC. Le titre avait d’ailleurs été suspendu de la cote depuis le 10 juillet de l’année en cours, en l’attente de publication d’informations importantes. Une suspension qui fut reconduite le même mois suite au dépôt de l’offre publique, il aura ainsi fallu patienter près de 4 mois pour que l’AMMC donne son feu vert. Toutefois, il y a lieu de rappeler qu’en vertu de la loi 26-03 relative aux offres publiques sur le marché boursier - bien que la recevabilité doive être exprimée par l'AMMC dans un délai de 10 jours - le gendarme de la bourse peut suspendre ce délai aux demandes d’informations et de justifications que l’AMMC pourra communiquer.

Un écart de 13,19 DH par rapport au dernier cours
L’offre d’achat propose un prix de 22 DH. Pourtant, à la veille de sa suspension, le titre cotait à 35,19 DH, soit une perte de 13,19 DH par action pour ceux qui ont acheté Med Paper la veille de cette suspension. À son introduction en Bourse, le titre a été valorisé à 166 DH par action. Pour obtenir le prix de 22 DH, les analystes de BMCE Capital Conseil ont opté pour la moyenne de trois méthodes de valorisation : l’approche par le cours de bourse, les transactions de référence et l’actualisation des flux futurs disponibles. La première méthode aboutit sur une valorisation de 28,04 DH, la deuxième sur une valorisation de 28,64 DH, tandis que la troisième et dernière fait ressortir une valorisation à 0 DH. Sachant que la méthode des flux de trésorerie disponibles, ou encore DCF dans le jargon financier, repose sur le principe selon lequel la valeur d'un actif est égale à la valeur actuelle nette des flux de trésorerie futurs qu'il génère, la société ne générera plus de cash ? Les analystes expliquent dans l’extrait de la note que l’évaluation par la méthode DCF a été «effectuée sur la base des flux de trésorerie futurs découlant du plan d’affaires de Med Paper. Compte tenu des fonds propres négatifs de la société, de son endettement important, et en l’absence de visibilité sur sa structure financière à terme, des simulations ont été réalisées pour des niveaux de coût moyen pondéré du capital (CMPC) de 6%, 10% et 12%. Le taux de croissance à l’infini retenu est de 1%. La valeur des fonds propres ressort à un niveau négatif sur l’ensemble des valeurs du CMPC étudiées». Il faut, en effet, rappeler que le déficit des capitaux propres a été allégé au terme du premier semestre de l’année en cours grâce à un résultat semestriel bénéficiaire pour la première fois depuis plusieurs exercices. Le résultat net s’est établi à 20,8 MDH permettant ainsi d’absorber une partie du déficit des capitaux propres, les faisant passer de -28,42 MDH à -7,62 MDH.

Un prix majoré de 3,1 DH
Concernant l’approche par le cours de Bourse, les analystes ont analysé les cours boursiers moyens pondérés par les volumes de l’action Med Paper sur les 12 mois précédant le 5 juillet de l’année en cours, date à laquelle le titre cotait à 29,1 DH. Pourtant, ledit titre n’a été suspendu que le 10 juillet. Les deux séances entre la date retenue pour la valorisation et la suspension, le titre avait franchi le seuil des 30 DH. La séance du 6 juillet, Med Paper s’échangeait à 32 DH et le 7 juillet à 35,19 DH. L’application de cette méthode a fait ressortir un prix de 28,04 DH. La méthode des transactions de référence pour sa part reprend le prix par lequel Aliken avait racheté les parts de CDG, soit 28,64 DH par action. Au final, la moyenne des trois méthodes de valorisation utilisées fait ressortir un prix de 18,9 DH. Un prix que l’initiateur de l’offre a majoré de 3,1 DH.

41,86% du capital à racheter
Les initiateurs membres de l’action de concert, soit Aliken, détenue par Anas Sefrioui et les autres actionnaires membres de la famille Sefrioui sont représentés par Mohsine Sefrioui, président directeur général de Med Paper. Ce dernier se porte acquéreur de toutes les actions apportées à l’offre. Sachant que celle-ci porte sur la totalité des actions non détenues par les membres de l’action de concert, ce sont donc 1.081.141 actions qui sont concernées par l’offre, soit 41,86% du capital. Au prix de 22 DH par action, les initiateurs de l’offre devront débourser 23,78 MDH pour la totalité des 41,86% du capital. La publication de l’avis permettrait la reprise de cotation de Med Paper dès la séance d’aujourd’hui.

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages