A lire aussi

18-09-2017 13:00

Collecte des déchets : La ville de Casablanca prend les choses en main

Les élus de la ville de Casablanca ont tenu une session extraordinaire, vendredi dernier, pour…
Rejoignez nous sur :
Finances

Parmi l’ensemble des investisseurs opérant sur le marché des capitaux marocains, les OPCVM se sont bien distingués au cours du premier trimestre de cette année 2017.

Le premier trimestre de l’année en cours a été marqué par une euphorie à son début pour se solder sur des indices dans le rouge. Une baisse qui se profile en dépit d’un volume global des échanges pourtant important. Le volume global des échanges sur les deux marchés, central et blocs, a atteint 13,89 MMDH, enregistrant ainsi une hausse de 106% par rapport à la même période de l’année précédente. Le marché central des actions avait enregistré en trois mois 12,53 MMDH d’échanges, un volume en hausse de 137% par rapport à la même période de l’année précédente. Près de 35% de ce volume revient aux OPCVM, suivis des personnes morales marocaines, des personnes physiques marocaines et des personnes morales étrangères avec des parts respectives de 26%, 24% et 9%. En termes de position nette, les OPCVM et les personnes physiques (marocaines et étrangères) ont une position nette acheteuse, tandis que les autres catégories ont une position nette vendeuse.

Hausse des achats à trois chiffres
Dans le détail, au niveau des achats, les OPCVM arrivent premiers avec une part de 40,58%, suivis des personnes morales marocaines avec une part de 24,36% et des personnes physiques marocaines 23,85%. Les personnes morales et les personnes physiques étrangères ont représenté respectivement 8,55% et 0,66%. Les acquisitions via réseau bancaire représentent 2%. En termes d’évolution, le volume des achats par les personnes physiques marocaines a marqué un bond de 437,31%, témoignant d’un regain d’intérêt pour la place après les 30% affichés par le Masi au terme de l’année 2016. Les OPCVM à leur tour, ont saisi l’occasion pour hisser leurs positions acheteuses de 305,38% par rapport à la même période en 2016. Les achats en bourse via le réseau bancaire ont également crû de 289,32% au même titre que les achats réalisés par les personnes physiques étrangères ont avancé de 163,99%. Les personnes morales étrangères, quant à elles, n’ont hissé leurs acquisitions que de 19,24%.

Les OPCVM premiers acheteurs et premiers vendeurs
Au niveau des ventes, les OPCVM ont continué à s’afficher en premier, mais avec une part moins importante que celle des achats, à 29,78%. Ils sont suivis des personnes morales marocaines qui représentent une part de 28,55%. Les personnes physiques marocaines ont été aussi actives en termes de ventes en captant une part de 23,31%. Les personnes morales et les personnes physiques étrangères représentent respectivement 8,87% et 0,55%. Le réseau bancaire, pour sa part, a drainé 8,94% des ventes. Par ailleurs, la hausse la plus importante a été enregistrée auprès des ventes réalisées via réseau bancaire. Elle est de l’ordre de 400,44%. Les personnes physiques marocaines sont deuxièmes avec une hausse de leurs ventes de 331,28%. Les OPCVM marquent une hausse de 117,05%. Les personnes morales marocaines font progresser leurs ventes de 98,79%. Les personnes physiques et les personnes morales étrangères sont en hausse de 64,38% et 34,27% respectivement.

Marché de blocs dynamique
En plus du marché central, le marché de blocs des actions n’a pas chômé. Il a enregistré sur le premier trimestre un volume de 853,09 MDH, faisant ainsi un fort rebond de 606,2 MDH par rapport à une année plus tôt. Un volume généré grâce à l’échange de 1.156.144 actions BMCE Bank, 33.400 titres LafargeHolcim Maroc et 89.000 CMT. Encore une fois, ce sont les OPCVM qui détiennent la palme d’or sur ce marché avec une part de 60,26% des achats. Ils sont suivis des personnes morales marocaines avec une part de 35,9%. Dans une moindre mesure s’affichent les personnes morales étrangères et les personnes physiques marocaines avec des parts respectives de 2,98% et 0,86%. Du côté des ventes, les OPCVM sont aussi premiers avec une part de 45,55%, suivis des personnes morales marocaines avec une part de 37,77% et des personnes morales étrangères avec une part de 14,08%. Les personnes physiques marocaines ont une part de 0,86% et les réseaux bancaires une part de 1,74%. Du côté du marché obligataire, l’ensemble des transactions a été opéré sur le marché de blocs. Le volume des échanges a totalisé près de 514 MDH drainés, à parts égales, par les OPCVM et les personnes morales marocaines. 

Dernière Minute

Nos derniers Tweets...

Suivez-nous sur Facebook

 

Vidéos des ÉCO

Vidéos des ÉCO

0
Partages
0
Partages